Publié dans Politique

Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »

Publié le mercredi, 13 juin 2018

« Il faut laisser le gouvernement travailler », a assuré Christian Ntsay, hier, 48 heures après la nomination des membres de son gouvernement. Pour le nouveau numéro deux de l’Exécutif,  il ne faut pas préjuger de l’efficacité de la nouvelle formation gouvernementale. Au cours d’une interview en marge de la visite de courtoisie de l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar Antonio Sanchez Benedito, hier au Palais de Mahazoarivo, le locataire  des lieux a demandé de la patience et de la confiance face aux critiques qui frappent son gouvernement. 

« Nous verrons les résultats par la suite. Il ne faut pas juger le gouvernement avant même que les ministres n’aient commencé à travailler effectivement. Je m’engage, en tant que Premier ministre, à ce que le changement revendiqué se reflète dans le travail qui sera mené », a répondu le Premier ministre, interrogé sur l’efficacité de son gouvernement  composé d’éléments hétéroclites.  Depuis sa formation, lundi dernier, la composition du gouvernement continue de faire jaser. Une formation où, pour rappel, cohabitent des ministres HVM, du TIM et du MAPAR, bien que ces deux dernières entités ne semblent faire que de la figuration. La question de l’efficacité d’un gouvernement aussi hétéroclite se pose ainsi dans l’opinion.  « La Haute Cour constitutionnelle nous impose de dialoguer et de se rapprocher. Le gouvernement a été mis en place pour permettre à ceux qui ne pouvaient pas dialoguer de dialoguer, et ceux qui ne pouvaient pas se rapprocher de se rapprocher, afin d’avancer vers des élections libres, propres et transparentes », a indiqué Christian Ntsay. 

Au cours de son intervention, le nouvel homme fort de Mahazoarivo a souligné qu’il est vrai que beaucoup ne sont pas satisfaits de la composition de son gouvernement mais que le plus important était de préserver les intérêts de la Nation. Une manière pour Christian Ntsay de répondre aux questions relatives au fait que la mise en place du gouvernement n’a pas suffi à diminuer la température de l’atmosphère politique malgache.  Le gouvernement, dit-il, a été mis en place, et reflète un consensus comme pour sa nomination. Durant son interview, le Premier ministre a lancé le vœu pour un climat plus apaisé, car ce qui est primordial ce sont les élections. A ce sujet, le successeur de Mahafaly Solonandrasana indique que les dates des élections destinées à sortir le pays de la crise seront publiées incessamment.  Christian Ntsay a profité de l’occasion pour remercier le représentant de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, qui est venu à Mahazoarivo pour renforcer le partenariat de l’UE et son appui à Madagascar dans le processus de sortie de crise par le biais des élections.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff