Publié dans Politique

Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »

Publié le mercredi, 13 juin 2018

« Il faut laisser le gouvernement travailler », a assuré Christian Ntsay, hier, 48 heures après la nomination des membres de son gouvernement. Pour le nouveau numéro deux de l’Exécutif,  il ne faut pas préjuger de l’efficacité de la nouvelle formation gouvernementale. Au cours d’une interview en marge de la visite de courtoisie de l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar Antonio Sanchez Benedito, hier au Palais de Mahazoarivo, le locataire  des lieux a demandé de la patience et de la confiance face aux critiques qui frappent son gouvernement. 

« Nous verrons les résultats par la suite. Il ne faut pas juger le gouvernement avant même que les ministres n’aient commencé à travailler effectivement. Je m’engage, en tant que Premier ministre, à ce que le changement revendiqué se reflète dans le travail qui sera mené », a répondu le Premier ministre, interrogé sur l’efficacité de son gouvernement  composé d’éléments hétéroclites.  Depuis sa formation, lundi dernier, la composition du gouvernement continue de faire jaser. Une formation où, pour rappel, cohabitent des ministres HVM, du TIM et du MAPAR, bien que ces deux dernières entités ne semblent faire que de la figuration. La question de l’efficacité d’un gouvernement aussi hétéroclite se pose ainsi dans l’opinion.  « La Haute Cour constitutionnelle nous impose de dialoguer et de se rapprocher. Le gouvernement a été mis en place pour permettre à ceux qui ne pouvaient pas dialoguer de dialoguer, et ceux qui ne pouvaient pas se rapprocher de se rapprocher, afin d’avancer vers des élections libres, propres et transparentes », a indiqué Christian Ntsay. 

Au cours de son intervention, le nouvel homme fort de Mahazoarivo a souligné qu’il est vrai que beaucoup ne sont pas satisfaits de la composition de son gouvernement mais que le plus important était de préserver les intérêts de la Nation. Une manière pour Christian Ntsay de répondre aux questions relatives au fait que la mise en place du gouvernement n’a pas suffi à diminuer la température de l’atmosphère politique malgache.  Le gouvernement, dit-il, a été mis en place, et reflète un consensus comme pour sa nomination. Durant son interview, le Premier ministre a lancé le vœu pour un climat plus apaisé, car ce qui est primordial ce sont les élections. A ce sujet, le successeur de Mahafaly Solonandrasana indique que les dates des élections destinées à sortir le pays de la crise seront publiées incessamment.  Christian Ntsay a profité de l’occasion pour remercier le représentant de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, qui est venu à Mahazoarivo pour renforcer le partenariat de l’UE et son appui à Madagascar dans le processus de sortie de crise par le biais des élections.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff