Publié dans Politique

Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »

Publié le mercredi, 13 juin 2018

« Il faut laisser le gouvernement travailler », a assuré Christian Ntsay, hier, 48 heures après la nomination des membres de son gouvernement. Pour le nouveau numéro deux de l’Exécutif,  il ne faut pas préjuger de l’efficacité de la nouvelle formation gouvernementale. Au cours d’une interview en marge de la visite de courtoisie de l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar Antonio Sanchez Benedito, hier au Palais de Mahazoarivo, le locataire  des lieux a demandé de la patience et de la confiance face aux critiques qui frappent son gouvernement. 

« Nous verrons les résultats par la suite. Il ne faut pas juger le gouvernement avant même que les ministres n’aient commencé à travailler effectivement. Je m’engage, en tant que Premier ministre, à ce que le changement revendiqué se reflète dans le travail qui sera mené », a répondu le Premier ministre, interrogé sur l’efficacité de son gouvernement  composé d’éléments hétéroclites.  Depuis sa formation, lundi dernier, la composition du gouvernement continue de faire jaser. Une formation où, pour rappel, cohabitent des ministres HVM, du TIM et du MAPAR, bien que ces deux dernières entités ne semblent faire que de la figuration. La question de l’efficacité d’un gouvernement aussi hétéroclite se pose ainsi dans l’opinion.  « La Haute Cour constitutionnelle nous impose de dialoguer et de se rapprocher. Le gouvernement a été mis en place pour permettre à ceux qui ne pouvaient pas dialoguer de dialoguer, et ceux qui ne pouvaient pas se rapprocher de se rapprocher, afin d’avancer vers des élections libres, propres et transparentes », a indiqué Christian Ntsay. 

Au cours de son intervention, le nouvel homme fort de Mahazoarivo a souligné qu’il est vrai que beaucoup ne sont pas satisfaits de la composition de son gouvernement mais que le plus important était de préserver les intérêts de la Nation. Une manière pour Christian Ntsay de répondre aux questions relatives au fait que la mise en place du gouvernement n’a pas suffi à diminuer la température de l’atmosphère politique malgache.  Le gouvernement, dit-il, a été mis en place, et reflète un consensus comme pour sa nomination. Durant son interview, le Premier ministre a lancé le vœu pour un climat plus apaisé, car ce qui est primordial ce sont les élections. A ce sujet, le successeur de Mahafaly Solonandrasana indique que les dates des élections destinées à sortir le pays de la crise seront publiées incessamment.  Christian Ntsay a profité de l’occasion pour remercier le représentant de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, qui est venu à Mahazoarivo pour renforcer le partenariat de l’UE et son appui à Madagascar dans le processus de sortie de crise par le biais des élections.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff