Publié dans Politique

Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?

Publié le mercredi, 20 juin 2018

La Haute Cour constitutionnelle ne s’est toujours pas prononcée sur les requêtes aux fins de déchéance des députés « caméléons » déposées par les députés pour le changement. Déposées à la fin du mois de mai et au début du mois de juin, ces requêtes concernent de nombreux parlementaires élus sous les couleurs du TIM, du MAPAR, du MMM et du Parti Vert.

Parmi les députés visés figurent des noms connus tels que Ravahimanana Guillaume Marie Ubald (Miarinarivo) et Andriamitantsoa Rahasindraibe Benjamin (Antananarivo Avaradrano) pour le TIM, Kathy (Mananjary), Raherisoa Vololona Victorine (Antananarivo VI), Hanitriniaina Mamy Armand (Miandrivazo), Randrianasolo Nicolas (Betroka), Harinosy Rabenerika Charlot (Soavinandriana Itasy), Razafimahatratra Abel (Manakara) pour le MAPAR, Milavonjy Andriasy Philobert, Andriantsizehena Benja Urbain, Rabetafika Norovelomampionona Robertine, Rasoaherinjatovo Bodovoangy Dimitrine et Mara Niarisy, pour le VPM-MMM et Ravelohanitra Nirina (Antsirabe II), par exemple pour le Parti Vert.
Ces derniers ont retourné leur veste pour devenir des zélateurs invétérés du régime Rajaonarimampianina actuellement. Et ce en dépit des prescrits constitutionnels qui disposent d’un mandat impératif pour les membres de la Chambre basse. « Durant son mandat, le député ne peut sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle… La déchéance d’un député peut également être prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle
s’il dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire » dispose en effet les termes de l’article 72 de la Constitution. Une disposition bafouée par ces députés de cette première législature de la Quatrième République.
Les observateurs s’étonnent du retard pris par la HCC pour pondre sa décision. En tout cas, en attendant de livrer sa décision sur la déchéance de ces députés « mpamadika palitao », avant-hier, la Haute Cour constitutionnelle a rendu son arrêt concernant une demande de réintégration au sein de l’Assemblée nationale. Non reconduits au sein du gouvernement, Toto Lydia Raharimalala, Johanita Ndahimananjara et Jean Jacques Rabenirina reprennent leur statut de député au sein de l’Assemblée nationale. Ambohidahy a également rendu son arrêt portant constatation de vacance de sièges de députés et remplacement des députés nommés membres du Gouvernement. Un arrêt qui concerne les députés devenus ministres Razafintsiandraofa Jean Brunelle, Naharimamy Lucien Irma, Randrianarisoa Guy Rivo, Rahantasoa Lydia Aimée, Razanamahasoa Christine nommés membres du Gouvernement. Ils sont remplacés par les premiers suppléants des listes qui les ont présentés au sein de la Chambre basse.
L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff