Publié dans Politique

Tournée IEM à Mahanoro - Les Tangalamena remettent la clé à Andry Rajoelina

Publié le mercredi, 04 juillet 2018

Dernière ligne droite pour la tournée de l'ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, dans la partie Est de l'île. Hier, ce fut au tour de la population de Mahanoro d'accueillir l'ancien homme fort du régime transitoire. Comme il fallait s'y attendre, le stade municipal de Mahanoro fut comble. Parmi l'assistance figurait également les députés élus à Toamasina I et II, Moramanga, Vavatenina, Mahanoro ainsi que la députée de Mahajanga et non moins secrétaire nationale du MAPAR, Ninah et le député Rossy.

Durant la série de discours, un représentant du TGV - MAPAR n'a pas manqué de rappeler la dernière visite d'Andry Rajoelina dans le district il y 4 ans de cela, c'est-à-dire pendant le régime transitoire. « Merci de ne pas avoir oublié Mahanoro parmi les districts que vous avez visités et nous serons toujours derrière vous quoi que vous entrepreniez ».
Le député de Mahanoro a, pour sa part, évoqué les nombreux problèmes des habitants dont le piteux état de la route, la pauvreté d'une grande partie de la population malgré la richesse en produits naturels, la condition précaire des enseignants.
« Ces gens ont parcouru 70 km rien que pour vous rencontrer », a - t - il précisé à l'endroit du président de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar.
Geste hautement symbolique
Par la suite, Andry Rajoelina s'est vu remettre une clé géante par les Tangalamena et les députés. Un geste simple mais hautement symbolique qui conforte le leader du MAPAR dans ses éventuelles ambitions présidentielles. D'ailleurs, la candidature du président de l'IEM pour la course à la magistrature suprême a été réclamée pour la énième fois. « Président, ouvrez la voie vers le développement, nous vous faisons entièrement confiance », ont - ils déclaré.
Dans son allocution, Andry Rajoelina a, d'emblée, réitéré l'amour réciproque qu'il partage avec la population de Mahanoro. « Vous m'avez confié la clé. Cette même clé servira à sauver Madagascar et à apporter des solutions pour le développement », a-t-il affirmé. Il a rappelé les raisons de son silence pendant ces 4 dernières années et son retour sur la scène politique qui est motivé par le désir de prendre des responsabilités vis-à-vis du pays. Et de soutenir que
« j'ai entendu vos appels de détresse et je tiens à vous encourager : ne perdez pas espoir. Même si nous sommes encore dans la misère et
l'obscurité, la lumière et le développement viendront bientôt ». Un message d'espoir qu'il a tenu à envoyer à l'attention des jeunes, des parents qui sont venus de très loin pour se confier et adresser des doléances. L'ex - président de la Transition a martelé que l'IEM constitue l'unique issue pour sauver le pays.
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff