Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Vie politique - La non-tenue de l’élection présidentielle est antidémocratique

Publié le vendredi, 06 juillet 2018

Le débat sur une hypothétique non tenue de l‘élection présidentielle programmée le 7 novembre a surgi dans l’actualité. Des politiciens proposent en effet ces derniers temps de procéder à la « refondation » du pays. Une initiative qui promeut par ailleurs la non tenue de la présidentielle de 2018. Une revendication qui serait tout simplement aller à l’encontre de démocratie en sus d’être totalement arbitraire.
Primo, la non-tenue de l’élection porterait en effet atteinte au droit de vote des Malagasy. Ce droit permet aux citoyens d’exprimer leur volonté, d’élire leur gouvernant et participer directement à la prise de décision politique. Ce droit est à la base de la démocratie.  Deuxio, ne pas tenir l’élection signifierait le maintien de l’actuel Chef de l’Etat à la tête du pays. Autrement dit, le pays ne se conformerait pas aux règles démocratiques qui garantissent ainsi l’alternance pacifique au pouvoir à Madagascar. En essayant d’entraver le processus électoral libre et équitable, ceux qui militent pour la non-tenue de l’élection ne respectent  donc pas le jeu démocratique. Tertio, une non-tenue de l’élection aurait pour conséquence de déboucher sur une transition. Une hypothétique transition qui  ne figurerait nulle part dans la Constitution … De fait, le pays serait automatiquement en régime juridique de vide constitutionnel.


Le peuple a donné mandat au chef d’Etat pour cinq ans et pas plus. Un mandat qui prendra fin le 25 janvier 2019 soit deux mois et quelques semaines seulement avant la date prévue par le gouvernement pour l’élection présidentielle prévue le 7 novembre 2018. Le second tour de la présidentielle, si elle était nécessaire, aurait lieu le 19 décembre.  Même s’il n’y avait pas eu les manifestations au 13 mai ayant abouti à la décision de la Haute Cour constitutionnelle imposant la tenue d’une élection anticipée, l’élection présidentielle aurait toujours eu lieue au mois de novembre étant donné quel e mandat de l’actuel Chef de l’Etat se termine au mois de janvier 2019. Il faut ainsi se demander ce qui motive ces politiques à réclamer la refondation et donc la non-tenue de l’élection qu’en cette période. Pourquoi se sont-ils  tus durant toute la durée du mandat de Rajaonarimampianina ?
La thèse d’une manœuvre dilatoire favorable à la classe dirigeante et quelques politiciens se confirme de plus en plus. Ils veulent tout simplement imposer d’une manière détournée à la population le maintien de Hery Rajaonarimampianina à la tête du pays. Les Malagasy ont pris leur mal en patience et se sont mis à attendre sagement les élections qui leur permettront entre autres de rectifier l’erreur monumentale de 2013, erreur qui a mis un candidat par accident à la barre du pays.
La rédaction

Fil infos

  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes
  • Code de la Communication - Lancement des consultations à Mahajanga
  • Pack voyages Dubaï et Etats-Unis - Un vendeur de vent s’invite dans la filière
  • Rencontre Rajoelina et pétroliers - Prochains rounds ce jour et demain
  • Infrastructures pétrolières - Sécurité à renforcer
  • Mariage forcé d’une Malagasy en Chine - Une mère et sa fille devant le Parquet
  • Paysage politique malagasy - Disparition des grands partis d’antan
  • Résultats provisoires des législatives - Les « Orange » largement en tête
  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible

La Une

Editorial

  • Quid de l’immunité !
    Les services de la Police firent parvenir, pour tout public, un alarmant communiqué selon quoi l’ancienne députée élue dans la Circonscription d’Antsirabe II de la législature précédente fait l’objet d’un avis de recherche depuis le 9 avril 2019. L’ex-parlementaire en cavale, réputée proche ou très proche du régime HVM, est accusée d’abus de confiance et d’escroquerie. Délits lourdement punis par la loi ! L’affaire remontait quelques années auparavant. Mais par la magie … noire du concept de l’immunité parlementaire, elle réussit à se faufiler entre les mailles des autorités compétentes. A elle seule, l’ex-députée d’Antsirabe II, Nirina Ravelohanitra car il s’agit précisément d’elle, illustre en grandeur nature les failles du régime de Rajaonarimampianina et remet sur le tapis, pour la énième fois, le débat sur la pertinence de l’ « immunité », ce privilège délétère accordé, entre autres, aux élus du Parlement. En effet, élue lors des législatives de 2013 sous l’étendard du parti…

A bout portant

AutoDiff