Publié dans Politique

Campagne avant l’heure - Rajaonarimampianina en mauvais professeur

Publié le lundi, 09 juillet 2018

La bougeotte ! Ces derniers jours, et ce depuis le début de sa dernière année au pouvoir, le Président Hery Rajaonarimampianina est devenu miraculeusement actif sur le plan national. Il enchaîne les tournées accompagnées d’inaugurations perçues comme futiles les unes que les autres par les simples citoyens. Durant la fin de la semaine dernière, le locataire d’Iavoloha a inauguré, ou plutôt « a offert », un lycée technique et un bloc opératoire à Tsihombe sous prétexte que le Sud « lui tient à cœur ».

D’emblée, l’on n’a pu s’empêcher de remarquer une énième mascarade du régime car force est de constater que ces infrastructures prétendues être à « l’actif de l’Etat » sont pourtant le fruit d’une contribution de plusieurs bailleurs de fonds dont le Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP) et le Gouvernement japonais. Comme d’habitude, les tenants du pouvoir se targuent de toutes les réalisations bien que la contribution de l’Etat soit minime voire se résume à la simple présence au moment de l’inauguration.
Outre cette usurpation flagrante, le Président n’a pas raté l’occasion pour lancer, une fois de plus, des piques à l’endroit de ses adversaires politiques.
Respect des lois dites – vous ?
D’après un communiqué de la Présidence,  Hery Rajaonarimampianina a « tenu à sensibiliser la population sur le respect des lois et de la démocratie. Il a rappelé la volonté de tenir à des élections libres, inclusives et transparentes ». Et d’ajouter que « par rapport au respect des règles et des lois, le Chef de l’Etat a relevé certaines campagnes avant l’heure. C’est comme pour un match de coupe du monde, a-t-il dit, il y a toujours un sifflet pour signifier le coup d’envoi ».
Cette affirmation du Chef de l’Etat semble déplacée dans la mesure où les ténors du HVM et le Président lui – même n’ont cessé d’enchainer les tournées sur fond de campagne électorale. Par ailleurs, la Commission Electorale Nationale Electorale (CENI)a déjà tenu à souligner la nuance entre précampagne et campagne avant l’heure. La première étant une sorte de tournée effectuée par un candidat pour faire connaître ses projets tandis que la seconde est de la pure propagande. Une nuance qui est visiblement ignorée par le Président. La CENI aurait même déjà proposé un texte dans ce sens mais auquel les autorités étatiques incluant celles qui disposent de l’initiative de lois.
Si Hery Rajaonarimampianina tenait tant au respect des lois, pourquoi n’avoir pas instauré une législation pour régir la précampagne c'est-à-dire la période qui précède une campagne électorale ? Le Chef de l’Etat s’érige tout simplement en mauvais professeur en appliquant l’expression « faites ce que je dis et non ce que je fais ».
S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff