Publié dans Politique

Election présidentielle 2018 - Andry Rajoelina le candidat le mieux préparé

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Andry Rajoelina sera candidat à la prochaine présidentielle, sa participation à la prochaine course à la magistrature suprême tend à se confirmer. Les appels incessants des partisans du président de l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM) s'amplifient. Mais les manœuvres de celui à la tête du régime de transition (2009-2014) sont des plus éloquentes. En effet, le leader de la révolution orange à Madagascar a déjà annoncé sa candidature, il y a déjà cinq ans.

Elle date de 2013 pour ceux qui ont la mémoire bonne. C'était après l'injonction du condamnable « ni… ni… ». A l'époque, sa candidature à la présidentielle était rejetée avec celle d'autres prétendants dont Didier Ignace Ratsiraka et Lalao Ravalomanana. Lors d'un déplacement à Toamasina, il a alors tenu à rassurer ses supporters que son comeback serait en 2018. Cinq ans plus tard, il s'est réellement manifesté.
Solides liens
Entre-temps, le président Andry Rajoelina a eu le temps de bien préparer le match et d'affiner sa stratégie. Il s'est volontiers plié à une absence médiatique épisodique au profit d'une intense auto-construction. En réalité, il a suivi des formations en matière de gouvernance politique sous d'autres cieux. Il a multiplié ses contacts et relations partout. Il a ainsi de solides liens dans les quatre coins du globe. Les Amériques, l'Europe, l'Afrique, l'Asie et l'Océanie lui sont pleinement connectés.
La naissance de l'IEM est l'aboutissement de la densification de ses relations à l'échelle planétaire. Le profil et les qualités des experts, internationaux et nationaux, invités à la première conférence internationale consacrée à ce sujet à Antananarivo les 24, 25 et 26 mai derniers témoignent de sa capacité de s'entourer des compétences nécessaires à la remise en marche de la machine du véritable processus de développement national. Bref, le monde entier lui fait confiance en raison de sa maturité idéologique.
Confiance
Présenté pour la première fois à Paris en janvier, le plan conçu pour le bien des Malagasy et de Madagascar leur sera expliqué de long en large. Puisqu'il s'agit d'une vision pour eux, leur avis aussi est souhaité dans le sens de l'enrichissement mutuel, d'où ces tournées dans les régions. C'est pour écouter la base et consolider les liens avec celles-ci. Effectivement, ses partisans dans tout le pays lui restent fidèles contrairement à certains de ses anciens alliés qui ont choisi de trahir sa confiance.
Les traitres sont nombreux à voir le comportement des élus sous les couleurs du Mapar. Les Maharante Jean de Dieu et consorts en sont un. Imbus d'une versatilité sans nom, ces gens-là auraient cru à l'impossibilité du retour du président Andry Rajoelina au pouvoir. Ce sont en tout cas des personnes sans patience et incapables de voir au-delà de leur bout de nez. Ils sont aux antipodes de la majorité des citoyens, qui ont dû endurer les méfaits du régime HVM. Le concepteur de l'IEM se doit donc de faire la différence.
Grande notoriété
A Mahajanga, le futur candidat a exigé la publication du calendrier électoral. Il était le premier à le faire même s'il n'a pas encore déclaré officiellement sa candidature. Ce fut chose faite plus d'une semaine plus tard. Preuve que l'homme jouit d'une plus grande notoriété à la mesure de l'ambition électorale. Il ne reste plus qu'à attendre la publication de certains textes supplémentaires.
Celui relatif à l'appel des citoyens de plein droit à se rendre aux urnes figure parmi eux. L'ouverture du dépôt de candidature sera fixée pour le 1er août prochain. Tout se précisera d'ici là. Ce n'est plus que question de jours. De leur côté, les partisans d'Andry Rajoelina sont impatients de le voir apparaître dans son habit de candidat pour l'émergence de Madagascar qui ne doit pas attendre 2030, selon ses dires.
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff