Publié dans Politique

Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Rien à craindre. Face aux incertitudes qui sont soulevées concernant l’impartialité de la Haute Cour Constitutionnelle dans le processus électoral, le numéro un d’Ambohidahy, Jean Eric Rakotoarisoa s’est défendu hier. «  Il n’y a pas de raison pour que nous fassions un traitement de faveur aux membres du Gouvernement », a déclaré le président de la HCC hier, lors d’une interview en marge du dépôt de la déclaration de patrimoine du Premier ministre, Christian Ntsay  à Ambohidahy. 

 

Sur cette lancée, il a laissé entendre qu’il est inutile d’instaurer un climat de méfiance en cette période pré – électorale. Et de rassurer que « nous allons faire notre travail  comme il est indiqué dans la Constitution. Il est quand même honteux qu’après près de 60 ans, l’on apprend encore à faire une élection ». Selon lui, les doutes qui sont soulevés actuellement relèvent d’une simple méfiance politique. Il a également souligné que le bon déroulement des élections dépend de tous les acteurs mais pas uniquement des politiciens, de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) ou encore la HCC.

 Rôle clé

 Depuis la nomination des membres de la Haute Cour Constitutionnelle, leur impartialité a été souvent remise en question. Parmi les arguments évoqués l’on peut citer la motion de déchéance engagée par les députés à l’Assemblée nationale en 2015 mais qui a terminé en un pacte de responsabilité qui finit, par la suite, en queue de poisson. Il n’est plus à rappeler que la HCC tiendra un rôle important durant le processus électoral pour cette année, à commencer par la réception et la validation des candidatures des concurrents à l’élection présidentielle jusqu’à la proclamation des résultats officiels. D’après l’article 116 de la Constitution, parmi les missions de la HCC figure notamment celui de statuer sur le contentieux des opérations de l'élection du Président de la République, en l’occurrence, ainsi que de proclamer le résultat officiel des élections présidentielles dont le premier tour est prévu le 7 novembre tandis que le second tour est pour le 19 décembre. Autant d’étapes pendant lesquelles les juges d’Ambohidahy devront faire leurs preuves !

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff