Publié dans Politique

Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent

Publié le mardi, 10 juillet 2018

La sortie médiatique des responsables de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) concernant l’affaire du CEG d’Analamahitsy n’a pas apporté l’éclaircissement tant attendu. A titre de rappel, des bruits circulaient en début de semaine que ledit CEG aurait été vendu à un Indo-pakistanais par la CUA, propriétaire du terrain, et ce avec la bénédiction du ministère de l’Education nationale (MEN), propriétaire du bâtiment. C’est seulement hier que la CUA a décidé d’apporter ses versions en effectuant une visite sur place avec les journalistes.

D’après un responsable auprès de cette Commune, le terrain ne lui appartient pas mais à une tierce personne qui veut maintenant récupérer son bien. Or, le certificat de situation juridique publié sur les réseaux sociaux mentionne que c’est la CUA qui en est le propriétaire. Une version également confirmée par un responsable auprès du MEN interrogé hier. Ce département ministériel a été le premier à donner sa version en révélant l’existence d’une convention de partenariat entre la CUA, le MEN et un partenaire pour la construction d’un nouveau CEG à proximité de l’ancien et ce sur un terrain de la Commune. Interrogé sur l’identité de ce partenaire, le responsable auprès de la CUA ignore de qui il s’agit.
Plus d’un craint ainsi à un tour de passe-passe afin de masquer la vente du terrain en une convention de partenariat. D’ailleurs, le responsable auprès de la Commune, pressé par les journalistes, a fini par lâcher que le soi-disant propriétaire du terrain a l’intention de vendre son bien. A qui ? « That’s the question ». Peut-être au fameux  partenaire de la CUA et du MEN, dont personne ne veut dévoiler l’identité.
Un membre du Conseil municipal a affirmé avant-hier qu’il n’est pas au courant de cette nouvelle et précise que toute cessation d’un terrain, signature d’une convention ou partenariat avec des entités privées ou publiques, doit être présentée devant le Conseil municipal et avoir son autorisation. Or, selon ses dires, la vente de ce terrain du CEG d’Analamahitsy n’a jamais figuré dans la délibération du Conseil municipal.
Vente déguisée, convention de partenariat ? Ces questions restent jusqu’à maintenant sans réponse…
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff