Publié dans Politique

Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle

Publié le mercredi, 11 juillet 2018

… C’est maintenant presque officiel. Deux membres influents au sein du parti au pouvoir, le Hery vaovao ho an’ny Madagasikara (HVM), seront sur la grille de départ de la course à la présidentielle. L’un n’est nul autre que l’ancien Premier ministre de Hery Rajaonarimampianina et l’autre membre du bureau politique de ce parti et ancien ministre de l’Education nationale. C’était dans les tuyaux depuis quelque temps.  Les informations recueillies avancent qu’Olivier  Solonandrasana Mahafaly annoncera sa candidature au début du mois prochain. L’annonce de la candidature de Paul Rabary n’est également qu’une question de temps, indique une source très proche du concerné.   Les deux prétendants à la magistrature suprême du pays devront en tout cas faire face à un véritable parcours du combattant.  Au rythme actuel donc, les partisans du HVM auront à choisir entre trois candidats. Poussé par ses laudateurs, Hery Rajaonarimampianina serait en effet décidé à se porter candidat malgré sa forte impopularité. Etant donné qu’ils ne recevront vraisemblablement pas la bénédiction du HVM, l’ex-PM et l’ancien ministre devront soit être investis par un autre parti politique, une coalition de partis politiques, soit être parrainés par une liste de cent cinquante élus.  Le dépôt de candidature pour la présidentielle s’ouvre dans trois semaines. Les prétendants à la magistrature auront jusqu’au 21 août pour se faire enregistrer. La liste définitive sera publiée le 26 août et l’on saura si les candidatures de ces deux personnalités vont  être validées ou non.

 

Scission

En concluant sa déclaration de démission au début du mois de juin dernier, Mahafaly Solonandrasana Olivier a lancé un : « Ce n’est qu’un au revoir ». Une phrase remplie de sous-entendu qui lançait ou confirmait les bruits concernant une éventuelle candidature de l'ancien chef du Gouvernement.Remplaçant le Général Jean Ravelonarivo, un candidat déclaré à la présidentielle, Mahafaly Solonandrasana Olivier avait occupé le Palais de Mahazoarivo pendant deux ans, battant le record de longévité à ce fauteuil sous l’ère Rajaonarimampianina.  Plus d'un pense que durant ses deux années à la tête de la Primature, Mahafaly Olivier a pu amasser assez de trésor de guerre pour se préparer au scrutin présidentiel. Des mauvaises langues vont même jusqu'à créer un raccourci entre les milliards volés au domicile de l’ex-PM et son ambition présidentielle. Mahafaly Solonandrasana traîne derrière lui des casseroles qui risquent de peser lourd dans la balance finale. Beaucoup d’observateurs de la vie publique malgache ne manquent pas de rappeler la gestion calamiteuse de l’épidémie de peste par son gouvernement ou encore les scandales entourant l’octroi et le détournement de subventions exceptionnelles. En ce qui concerne Paul Rabary, la suite logique à sa carrière politique serait de se porter candidat à une élection, présidentielle ou législative, s’il ne veut pas signer sa « mort » politique, estiment bon nombre d’observateurs.Dans une vidéo de moins de dix minutes publiée sur les réseaux sociaux au cours de laquelle il a fait un résumé de son passage à la tête du département ministériel de l’Education, Paul Rabary a fait une petite déclaration : « Je ne vous oublie pas. A bientôt ». Un message qui confirmait l'hypothèse d'une prochaine participation à la course pour la présidentielle de l’ex-numéro Un du ministère de l’Education. Une hypothèse entrevue à travers les différents déplacements du ministre aux quatre coins de l’île et de la popularité grandissante de celui-ci. Ce serait notamment en raison de cette popularité que certains au niveau du HVM voulaient l'écarter, à l’instar de Rivo Rakotovao, qui ne s’était pas privé  de tacler publiquement son ancien homologue ministre accusant indirectement ce dernier d’être incompétent dans la résolution des revendications des syndicats au sein de l’Education nationale. Fidèle et dévoué à Hery Rajaonarimampianina durant ces dernières années, le ministre Paul Rabary n’a en tout cas pas été reconduit au sein du gouvernement. Une motivation majeure qui pousserait Paul Rabary à vouloir prendre la place de l’actuel Chef de l’Etat.  Les entrées en lice d’Olivier Mahafaly et de Paul Rabary risquent d’accentuer la scission au sein du parti au pouvoir. Déçus par le Chef de l’Etat, il est évident que ces deux prétendants à Iavoloha seront du côté du probable candidat adversaire du président sortant Hery Rajaonarimampianina au second tour de la présidentielle le cas échéant. Reste à savoir leur poids face aux urnes.

 La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff