Publié dans Politique

Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Publié le lundi, 16 juillet 2018

Médias publics dites - vous ? Cette appellation, déjà quasi - ironique, perdra un peu plus de son sens au fur et à mesure que l'élection présidentielle approche. Si dans sa définition initiale, les médias publics ont pour première mission de servir le public, c'est-à-dire les contribuables, la réalité est tout autre. Comme ce fut toujours le cas, les portes de la RNM (Radio Nationale Malagasy) et la TVM (Televiziona Malagasy), qui font un semblant d'ouverture depuis la manifestation des députés pour le changement, pourraient de nouveau être fermées à toute information autre que celle du régime. En tout cas, les prémices d'une censure commencent à se faire sentir de plus en plus.

La retransmission en direct de la cérémonie de réception officielle du Cardinal Tsarahazana Désiré à Toamasina, dimanche dernier, en est la preuve vivante. Plusieurs spectateurs ont, en effet, pu remarquer la velléité de la chaîne publique à occulter toute image de l'ancien président de la Transition Andry Rajoelina et son épouse. Durant toute la messe, les cameramen de la TVM ont pris toutes les précautions pour détourner leur objectif du couple Rajoelina.  Une censure volontaire qui, selon les indiscrétions, aurait été dictée par des consignes en haut lieu. Du coup, la TVM orientait à longueur de temps ses caméras vers la foule, les Evêques et le couple Rajaonarimampianina.
Acharnement
Des coups bas flagrants alors que le coup d'envoi de la campagne présidentielle n'a pas encore été donné d'autant plus que le leader du MAPAR n'a même pas encore annoncé sa candidature pour la course à la magistrature suprême. Cette censure en image n'a pas suffi, le lendemain la TVM, dans son journal du matin, a de nouveau émis des critiques à l'encontre de l'ex - homme fort de la Transition. Pourtant, Andry Rajoelina n'a fait que répondre aux sollicitations de la foule qui voulait venir à sa rencontre sans s'être livré à la moindre provocation. Avec autant de critiques, la chaîne nationale s'est unie d'une même voix qu'une autre station privée appartenant à un proche conseiller d'Iavoloha. Une mauvaise foi considérée comme inappropriée en pareille occasion religieuse.
Il est donc sûr que les autres candidats considérés comme redoutable pour le HVM subiront le même acharnement pendant les élections. Cela explique également la mission du nouveau ministre de la Communication Riana Andriamandavy VII qui, désormais, est de plus en plus claire. L'ancien sénateur, qui n'appartient d'ailleurs pas au corps des journalistes, se chargera d'un verrouillage à double tour de la RNM et de la TVM au profit du ou des candidats du HVM. Après avoir tenté le forcing  pour imposer une campagne des candidats aux médias privés à travers les lois électorales, voilà que le HVM renoue de plus belle avec la censure !
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff