Publié dans Politique

Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient

Publié le mercredi, 18 juillet 2018

Les appels à la candidature de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina à briguer la magistrature suprême font florès. La dernière expression forte en date est celle des membres du parti Tanora Gasy Vonona/Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (TGV/MAPAR) Atsimondrano qui ont officiellement demandé à l’ancien président de la Transition de se présenter à la prochaine élection présidentielle officiellement prévue le 7 novembre prochain. « Le TGV-MAPAR Atsimondrano demande officiellement la candidature de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina (…) pour l’intérêt de la population malgache », a déclaré Andry Ratsivahiny, leader du TGV-MAPAR dans le district d’Antananarivo Atsimondrano hier dans la fin de la matinée, au cours d’une interview en marge d’un atelier dans un espace sis au By-Pass.  « Lors des différentes descentes menées au niveau des 26 communes composant le District, de nombreuses doléances ont été recueillies par rapport à leurs conditions de vie. Sur la base de ces doléances, un projet de société a été élaboré et sera remis au président Andry Rajoelina pour qu’il puisse œuvrer au développement du  district », ont indiqué les membres du TGV-MAPAR.


Cet autre appel pour la candidature d’Andry Rajoelina à la prochaine élection présidentielle vient à la suite de beaucoup d'autres, dont ceux des populations des districts du Boeny, du Sofia, de l’Analanjirofo ou encore de l’Atsimo Andrefana, les chefs traditionnels et religieux, de la diaspora, de militants du TGV-MAPAR, de partisans de l’ex Chef d’Etat et de biens d’autres. En fin de semaine dernière, l’association Vahaolana anio sy Rahampitso au niveau de la Région Analamanga avait demandé à l’ancien président de la Transition de se présenter. « Une personne qui s’est préparée à diriger (…) » devrait accéder à la tête du pays. Ils ont invité l’ancien président à accepter de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018, pour continuer l’œuvre de construction déjà perceptible durant la Transition. Pour tous, l’ancien homme fort du pays reste encore l’homme de la situation. Les élus et les chefs traditionnels de la région Sofia ont par exemple invité  Andry Rajoelina à accepter de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018. La situation sécuritaire et l’accès à l’énergie dans cette partie nord du pays sont quelques-uns des arguments sur lesquels ils s’étaient appuyés pour étayer leur invitation. Andry Rajoelina entretient pour l’heure le suspense sur sa candidature. Toutefois, les observateurs s’accordent à dire que l’annonce ne serait plus qu’une question de temps.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff