Publié dans Politique

Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient

Publié le mercredi, 18 juillet 2018

Les appels à la candidature de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina à briguer la magistrature suprême font florès. La dernière expression forte en date est celle des membres du parti Tanora Gasy Vonona/Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (TGV/MAPAR) Atsimondrano qui ont officiellement demandé à l’ancien président de la Transition de se présenter à la prochaine élection présidentielle officiellement prévue le 7 novembre prochain. « Le TGV-MAPAR Atsimondrano demande officiellement la candidature de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina (…) pour l’intérêt de la population malgache », a déclaré Andry Ratsivahiny, leader du TGV-MAPAR dans le district d’Antananarivo Atsimondrano hier dans la fin de la matinée, au cours d’une interview en marge d’un atelier dans un espace sis au By-Pass.  « Lors des différentes descentes menées au niveau des 26 communes composant le District, de nombreuses doléances ont été recueillies par rapport à leurs conditions de vie. Sur la base de ces doléances, un projet de société a été élaboré et sera remis au président Andry Rajoelina pour qu’il puisse œuvrer au développement du  district », ont indiqué les membres du TGV-MAPAR.


Cet autre appel pour la candidature d’Andry Rajoelina à la prochaine élection présidentielle vient à la suite de beaucoup d'autres, dont ceux des populations des districts du Boeny, du Sofia, de l’Analanjirofo ou encore de l’Atsimo Andrefana, les chefs traditionnels et religieux, de la diaspora, de militants du TGV-MAPAR, de partisans de l’ex Chef d’Etat et de biens d’autres. En fin de semaine dernière, l’association Vahaolana anio sy Rahampitso au niveau de la Région Analamanga avait demandé à l’ancien président de la Transition de se présenter. « Une personne qui s’est préparée à diriger (…) » devrait accéder à la tête du pays. Ils ont invité l’ancien président à accepter de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018, pour continuer l’œuvre de construction déjà perceptible durant la Transition. Pour tous, l’ancien homme fort du pays reste encore l’homme de la situation. Les élus et les chefs traditionnels de la région Sofia ont par exemple invité  Andry Rajoelina à accepter de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018. La situation sécuritaire et l’accès à l’énergie dans cette partie nord du pays sont quelques-uns des arguments sur lesquels ils s’étaient appuyés pour étayer leur invitation. Andry Rajoelina entretient pour l’heure le suspense sur sa candidature. Toutefois, les observateurs s’accordent à dire que l’annonce ne serait plus qu’une question de temps.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff