Publié dans Politique

Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques

Publié le vendredi, 20 juillet 2018

En déplacement à Antsirabe, le Premier ministre Christian Ntsay a une nouvelle fois réagi aux manifestations des enseignants.  Le chef du Gouvernement voit des dessous politiques derrière les revendications de certains responsables et enseignants au niveau de l’Education nationale.
« Les solutions aux problèmes syndicaux ont été étudiés. Les sept points des revendications des enseignants ont été acceptés. Tout a été fait dans la transparence. Nous sommes actuellement à la recherche de l’apaisement. Le monde de l’éducation nationale a sa part de contribution dans la mise en place de cet apaisement recherché. Le plus important est de ne pas prendre en otage notre progéniture surtout ceux qui doivent passer des examens », a indiqué Christian Ntsay dans une interview diffusée à la radio.

« Je lance un dernier appel aux responsables au niveau de l’Education nationale. Je salue et je remercie l’effort des enseignants qui ont repris les cours. La situation actuelle dépasse l’entendement. Si la lutte était simplement syndicale, des solutions ont déjà été avancées (…). Ce qui se passe actuellement ressemblent fortement à une lutte politique. En ce sens, des solutions politiques devront être apportées », a fait remarquer le Premier ministre.
Alors que certains enseignants ont annoncé la reprise des cours, d’autres en revanche persistent et signent à ne pas vouloir reprendre le chemin des salles de classe. « Des mesures seront prises par l’Exécutif pour aller vers l’apaisement, notamment au niveau de l’Education nationale. Dès aujourd’hui, ces mesures seront prises. A partir de là, je pense que tout ce qui dépasse de ce cadre est du domaine de la politique. Dès lors, des décisions politiques seront prises », a fait savoir le locataire de Mahazoarivo.
Les menaces proférées par certains responsables au niveau du ministère de l’Education nationale, tels que des Directeurs régionaux de l’Education nationale (DREN) et des chefs de Circonscription scolaire (CISCO), à l’endroit des enseignants qui souhaitent revenir donner des cours, a été cité en exemple par le Premier ministre.  « Ces personnes ont été nommées. Les mesures à prendre à leur encontre est évidente », a asséné Christian Ntsay.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff