Publié dans Politique

Rn5 A - Début tardif de la réhabilitation

Publié le lundi, 06 août 2018

La réhabilitation de la RN5 A longue d’environ 161 km sera pour très bientôt. Les techniciens et responsables chinois chargés des travaux et leurs engins, selon des agents du ministère des Travaux publics,  se trouvent  déjà à Ambilobe depuis la semaine dernière. La pose de la première pierre pour la réhabilitation de cette route se tiendra vraisemblablement d’ici peu à Betsiaka. Le régime actuel fera certainement le tapage à cette cérémonie. Néanmoins, personne n’est dupe sur la visée électorale del’équipe de Hery Rajaonarimampianina en perte de vitesse dans cette partie de l’île. 

« Pendant quatre années, le régime ne s’est soucié guère de ce troncon qui fait souffrir la population, c’est seulement à l’approche de l’éléction présidentielle qu’il compte procéder à la réhabilitation », rouspète un élu local qui, tout comme ses administrés, connait très bien le dessous de ce réveil de la clique à Hery Rajaonarimampianina.

 

 Selon un ingénieur des travaux publics Paul Bert, interrogé sur l’état de cette route avant les années 1980, le problème de cet axe ne se posait pas sur sa configuration structurelle. « Elle était  praticable toute l’année  sans les multiples problèmes causés  par la montée des eaux des rivières de Loky, Manambato et Manankolagna à l’époque  durant la saison des pluies  », a-t-il déclaré. En 1986 et 1987 tous les ponts traversant les rivières citées supra ont été réhabilités par la société Colas mais le problème de crevasse ne cesse de s’accroître car la densité de la circulation ne cesse d’augmenter de jour en jour.  Il importe par ailleurs  de savoir que dans les années 70, le ministère des Travaux publics en partenariat avec des pays étrangers surveillait l’état des routes et entretenait celles-ci notamment les routes non couvertes. On se souvient qu’à cette époque les services des Travaux publics dans les chefs lieux de provinces et dans les districts étaient dotés d’engins et autres matériels pour l’entretien annuel des routes et pistes. 

C’est donc seulement à partir de l’instant où les services du MTP dans toute la Grande île étaient privés de matériels nécessaires à l’entretien des routes que nombre de celles-ci se trouvent sérieusement détériorées notamment dans les régions côtières. Malgré les travaux d’entretien et de traitement des points noirs menés par le MTP et  des sociétés à l’instar de BPE et autres pour les usagers, la  RN5 A est un vrai calvaire durant la période des pluies. On ne compte plus le nombre d’accidents de circulation survenus sur cette route pendant cette saison. Entre décembre et janvier, des 4x4 et des tracteurs ainsi que des taxis-motos  prennent le risque de faire le trajet Ambilobe- Vohémar  avec des frais allant parfois jusqu’à 200 000 Ar par personne. Avec la réhabilitation de la RN5 A, ce sera la fin du désenclavement des Régions Diana et Sava durant la période des pluies….

A.Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff