Publié dans Politique

A l'approche des élections - Précipitation incongrue de Rajaonarimampianina

Publié le mardi, 07 août 2018

Réveil tardif. Cette expression résume pour beaucoup les actions du Président Hery Rajaonarimampianina. Ces derniers temps, l'actuel Président de la République est partout, lance et relance sa campagne sans cesse. A quelques encablures de la fin de son mandat, le numéro Un du HVM met les bouchées doubles en multipliant les constructions et les inaugurations à l'heure actuelle. L'objectif est de redorer le blason du chef de l'Etat. Hery Rajaonarimampianina devrait ainsi procéder incessamment et à grands renforts de communication à la pose de la première pierre de la réhabilitation de la Rn5 A.

Dernièrement, il a inauguré une série de nouvelles infrastructures : le Palais de Justice, situé à Ampasy, un bloc opératoire implanté au CHRD de Vangaindrano-Be, et, surtout, la Gare routière Zanaray, construite à Andranodaro Vohitrarivo. Lors de ses déplacements, le numéro Un d'Iavoloha multiplie également les annonces et lance des promesses en tout genre. N'est-il pas trop tard ? C'est la question que se posent un certain nombre d'observateurs.  Pour beaucoup, c'est maintenant que le Président de la République se réveille de son long sommeil, à quelques petits mois de la fin de son mandat. Il aurait fallu s'activer bien plus tôt. Un constat partagé par une frange non négligeable de la population malagasy qui voit qu'en quatre ans, l'actuel Président de la République a trop peu fait pour Madagascar. Le pays a stagné dans les bas fonds des classements internationaux en matière de pauvreté. Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, Hery Rajaonarimampianina semble avoir été plus préoccupé par ses intérêts personnels et ceux de ses proches que par l'intérêt général, pêchant ainsi sur les plans économique et social. « Il est trop tard pour Rajaonarimampianina pour tenter de renverser la vapeur », estiment les observateurs. De nombreux observateurs sont d'ailleurs pessimistes quant aux chances du Président de la République de briguer un second mandat à cause de « son échec sur tous les plans » et invitent celui-ci à ne pas solliciter un second mandat au regard de l'échec et de l'immense gâchis de son premier mandat. Le bon sens dicterait à Hery Rajaonarimampianina de s'inspirer de l'exemple de François Hollande dont la situation pourtant, au moment de sa prise de décision de ne plus se présenter, était moins catastrophique que la sienne actuelle. Ce serait sortir par une relative grande porte. Reste à savoir s'il en aura le courage, ce qui ne semble pas être le cas. Même s'il ne s'est pas encore déclaré, le chef de l'Etat est candidat à sa propre succession. Hery Rajaonarimampianina fait d'ailleurs le forcing pour arracher un deuxième mandat de Président de la République. Après quatre ans et demi, l'avenir du patron d'Iavoloha est incertain avec une cote de popularité qui tend vers le négatif.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI
  • Trucage des résultats électoraux - Des têtes vont tomber au niveau des SRMV
  • TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !
  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC

La Une

Editorial

  • Arrogante !
     Contre vents et marées, la CENI publia officiellement les résultats provisoires de l’élection du Président de la République du 7 novembre 2018. Le schéma d’un deuxième tour se confirme. En dépit des anomalies et des irrégularités constatées, soulevées et dénoncées par l’ensemble des candidats, la Commission ne fait qu’à sa tête et se moque royalement de ces légitimes réserves. Elle  défend, farouchement, par la voix de son président, Maitre Hery Rakotomanana, la supposée légitimité de sa démarche. Toujours selon cet avocat de renom, trois piliers sous-tendent les actions, à savoir : la transparence, la neutralité et l’indépendance. Personne ne conteste ni remet en cause la pertinence ou la nécessité de ces bases cardinales. Seulement, certain comportement des dirigeants de cette honorable Institution les contredit. Ainsi, des faits avérés troublants laissent planer le doute quant à l’existence réelle de la transparence, à la fiabilité de la neutralité et à la véracité de…

A bout portant

AutoDiff