Publié dans Politique

Election présidentielle - Fanirisoa Ernaivo officiellement en lice

Publié le mercredi, 08 août 2018

Femme engagée. Fanirisoa Ernaivo a franchi le Rubicon en déposant officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. La présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) a effectué cette démarche dans l’après-midi d’hier à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) accompagnée par les représentants des deux associations politiques qui la soutiennent à cette course à la magistrature suprême à savoir,  Zanak’i Madagasikara  (Zama) et le parti travailliste de  Madagascar (PATRAM). Leadership au sein de la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM), Fanirisoa Ernaivo est la première femme à déposer sa candidature à la HCC et le quatrième candidat inscrit sur la liste des partants, après Andry Rajoelina, Jean Ravelonarivo et Pasteur Mailhol.
Ayant déclaré son intention de briguer le poste présidentiel, le 1er Août dernier à Ambalavao (Fianarantsoa),  sa ville natale,  où elle a reçu la bénédiction des notables locaux et de la population, Fanirisoa Ernaivo n’a mis qu’une semaine pour boucler ses dossiers de candidature et de les déposer à la HCC. Preuve de sa volonté à aller de l’avant avec comme slogan « le vrai changement pour l’Etat de droit ».


 Pasteur Mailhol, le 3ème homme
Vêtu de son habit de pasteur, le numéro un de l’Eglise Apokalipsy  a déposé son dossier de candidature à l’élection présidentielle hier, en fin de la matinée, au siège de la HCC à Ambohidahy. Son choix de s’habiller en homme religieux était assumé puisque d’après ses explications, il tenait à faire valoir son statut de leader religieux. Ce candidat du parti Gideona, Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara (GFFM) était accompagné de quelques-uns de ses ouailles. « Je me présente en tant que politicien et non en tant que pasteur », a déclaré le Pasteur Mailhol, de son vrai nom Mailhol André Christian Dieu Donné.  Par rapport au principe de la laïcité de l’Etat, il s’est également justifié en affirmant qu’il pouvait exercer entièrement sa fonction de Président. Ce qui fait de lui le 4ème candidat enregistré par le greffe de la Haute Cour et le 3ème homme à briguer de manière officielle le poste de Président de la République.
Il y a quelques semaines, le Pasteur Mailhol et son directeur de campagne avaient déposé une demande d’avis auprès de la HCC sur les possibilités de recours pour la restitution des îles éparses. Une question que le leader de l’Eglise Apokalipsy semble apparemment intégrer en tant que cheval de bataille dans sa campagne électorale.


Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff