Publié dans Politique

Soutien à Andry Rajoelina - Un sénateur HVM explique

Publié le mercredi, 08 août 2018

Parlementaire HVM au niveau du Sénat, Berthin Randriamihaingo s’exprime sur son soutien au président de l’IEM Andry Nirina Rajoelina. Interview :
La Vérité (+) : Votre double présence au Palais des Sports et de la Culture, et à Alatsinainy Bakaro a été largement commenté par la presse locale. Pourriez-vous nous donner des éclaircissements ?
Sénateur Berthin Randriamihaingo (-) : Cette double présence a été motivée par des invitations mais par contre, qui vont croire à des simples hasards de circonstance ou des simples affinités personnelles quand ces événements sont éminemment politiques et de surcroit dans le cadre des campagnes électorales du Président Andry Rajoelina ? Je suis très direct dans mes propos et très clair dans mon choix. Quand je fais quelque chose ou quand je prends une décision, je le fais sans état d’âme car j’ai ma  propre vision des choses et je raisonne toujours en termes  de développement du pays. On ne peut pas dissocier mes options politiques de mon  statut  d’homme d’affaires car c’est pour moi très compatible et très complémentaire.


Si je suis maintenant avec le Président Andry Rajoelina, il s’agira d’un choix délibéré après une série de pourparlers et aplanissements des points de vue.Je suis convaincu que dans cette perspective qu’il dessine , je pourrai encore plus apporter ma contribution dans les œuvres de redressement et de développement national. Jeune , dynamique et visionnaire je vois en la personne du Président Andry Rajoelina l’homme qu’il faut dans ce contexte difficile.
(+) : En quoi exactement votre choix sur Andry Rajoelina correspond avec votre vision des choses en termes de développement national ?
(-) : Chaque fois quand j’aborde des questions économiques avec des hommes d’affaires étrangers, je me sens vexé et humilié par leurs remarques très négatives sur la capacité des hommes politiques et  d’affaires malagasy de redresser le pays. Les potentialités naturelles sont immenses et qu’il suffit juste d’une bonne vision, d’une bonne organisation et d’une volonté politique pour que ce paradoxe humiliant d’une population extrêmement pauvre dans un pays extrêmement riche soit résolu.
Depuis toujours  il n’y a jamais eu cette idée de créer une synergie réelle entre le monde des affaires et celui de la politique et les collaborations ne sont que de façade. Le Président Rajoelina dans son vaste projet d’émergence veut faire de cette synergie une base réelle de développement. En termes clair, ce vaste projet crée en moi une certaine confiance et une base solide d’optimisme de voir  enfin, dans un délai raisonnable, un possible takeoff économique. Mon optimisme réside sur le fait que moi-même, je suis un opérateur économique mais je dirige aussi une fédération de PME  et des associations opérant dans des actions sociales et sportives. Il est grand temps  de les considérer dans leur juste valeur pour que ces secteurs puissent jouer des rôles fondamentaux dans les œuvres de développement national.
(+) : Justement l’IEM de Rajoelina crée tout de même un vif débat en ce moment et ses adversaires qualifient même ce vaste projet d’utopie et de mirage ?
(-) : On ne doit pas être  bloqué par ces palabres bien malagasy. Ce qui m’importe pour le moment c’est de voir un candidat armé d’un véritable projet des sociétés clairs et réalisables. Qu’est-ce qui nous empêche d’aller vers ce décollage économique ou vers l’émergence avec tout ce qu’on a dans ce pays béni de Dieu mais faut-il seulement qu’un candidat incarne cette volonté de réaliser l’aspiration générale du peuple malagasy à base de son programme. Le Président Rajoelina a géré le pays pendant une période très difficile car Madagascar a été privé des financements extérieurs mais il s’en sortait tant bien que mal.
Madagascar est en ce moment à la croisée des chemins où il faut faire un choix très sérieux  car de cela dépend l’avenir de notre pays. Nous n’avons plus le droit de tergiverser car le sort de tout un peuple est déterminé par notre possibilité de faire ensemble  un bon choix pour élire l’homme qu’il faut.
(+) : Le contexte actuel est délabré, comment un tel projet peut extraire le pays de tous ces fléaux qui gangrènent l’ensemble de tous les compartiments de la vie nationale ?
(-) : Le développement est avant tout un état d’esprit collectif et un mouvement d’ensemble. Le projet lui-même en soi ne  constitue pas un bâton magique mais doit être d’abord et avant tout un pôle de rassemblement. Le pouvoir est une  question d’équipe et le redressement national est une action collective. Il faut  une équipe cohérente, soudée et convaincue sur la base philosophique du projet pour le rendre concret et pour avoir une adhésion populaire massive. D’une part, l’élection est une loi des nombres par excellence  qu’il faut gagner pour que ce programme ait la chance d’être réalisé .D’autre part, pour gagner cette élection il faut rassembler autour du candidat toutes les tendances dont le dénominateur commun est de croire en ce vaste programme de reconstruction et de développement national. Notre rôle maintenant est   rameuter le maximum d’acteurs politiques , des décideurs, d’électeurs  et des simples citoyens vers le candidat Andry Rajoelina pour pouvoir concrétiser ce programme. Il doit être le candidat du véritable  changement.
Recueillis par La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff