Publié dans Politique

Pety Rakotoniaina - Un dénonciateur traînant des casseroles !

Publié le jeudi, 09 août 2018

Au nom du mouvement « Hetsika ho an'ny fanarenana ifotony » (HFI), il avait déposé une requête auprès de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) en vue d'une plainte contre l'ancien président de la Transition, Andry Rajoelina qu'il accuse de tous les torts. Il, c'est le leader du parti « Tambatra », Pety Rakotoniaina, ancien maire de Fianarantsoa qui traîne pourtant derrière lui de nombreuses casseroles si l'on ne citait que l'affaire de détournement de fonds au moment de son mandat en tant que premier magistrat de la ville de Fianarantsoa en 2006. Son successeur à la tête de la Commune urbaine de Fianarantsoa (CUF) a déposé une plainte pour détournement d'une somme de 60 millions d'ariary portant sur la location d'un terrain appartenant à la Municipalité en 2008. Une affaire scandaleuse avec plusieurs preuves à l'appui qui sont en notre possession.

Tout commence lorsque la CUF qui fut dirigée à l'époque par Pety Rakotoniaina conclut un contrat de bail emphytéotique avec la société de distribution pétrolière Jovenna. Le contrat portait sur la location à hauteur de 60 millions d'ariary d'un terrain sur lequel devait s'implanter la société pétrolière. La Commune n'a pourtant jamais pu profiter de ladite somme.
Aucun versement
Le 14 décembre 2006, le maire de la Commune a adressé une lettre au directeur général de la société de distribution pétrolière Jovenna dont l'objet est la demande d'annulation et de délivrance d'un nouveau chèque. D'après ladite lettre (voir fac similé 1), l'argent venant du chèque remis entre les mains de l'ancien maire n'a pas été versé dans les caisses de la Commune. Le successeur de Pety Rakotoniaina avait alors sollicité l'annulation du chèque et l'octroi d'un nouveau chèque par la compagnie pétrolière, mais en vain. En réponse au courrier du maire, le directeur général de la société a clairement assuré que le paiement a été fait le 9 octobre 2006 (voir fac similé 2) et confirmé dans une autre lettre que « un paiement par chèque de la Banque BOA a été remis à la Commune urbaine de Fianarantsoa en règlement du loyer. Un reçu a été émis par la CUF pour justifier ce règlement. Nos recherches ont démontré que le chèque non endossable remis à la CUF a été payé par la banque ».
Seul le maire avait pu disposer du pouvoir nécessaire pour « empocher » de l'argent venant d'un chèque non endossable au nom de la Commune. Puisque l'argent n'a pas été versé dans les caisses de la Commune, il est clair que le chèque a donc été miraculeusement endossé. D'ailleurs, dans la plainte de la Commune, il est explicitement cité que « après une confrontation au rapport de la société Jovenna (…) il a été prouvé que la somme de 60 millions d'ariary est entre les mains de Pety Rakotoniaina et non à la Trésorerie générale de Fianarantsoa ».
Usurpation
Dans une autre lettre adressée au Directeur général de la « Bank of Africa » (BOA), le nouveau maire de la CUF assure que « (…) il s'est avéré que le chèque libellé au nom de la Commune a été payé à une autre personne qui n'a pas la qualité requise pour toucher ou encaisser ledit chèque (…) D'une part, ce chèque est non endossable et d'autre part, au niveau de la Commune urbaine de Fianarantsoa, tout recette doit être versée auprès de la régie de recette de la Commune ». A la lumière de l'enquête de la Commune, il s'est avéré que le chèque a été remis à Pety Rakotoniaina qui l'a touché directement auprès de la BOA Manakara en faisant fi des règles régissant les collectivités territoriales décentralisées.
Outre le détournement de fonds donc, l'usurpation de fonction de comptable est également reprochée à l'ancien maire de Fianarantsoa. Une affaire scandaleuse parmi tant d'autres qui fait de lui la personne la plus mal placée pour parler de mauvaise gouvernance.
A cette infraction s'ajoutent deux autres affaires où l'ex-numéro un de la ville de Fianarantsoa est cité comme complice concernant la vente de tickets de bus et des locations de pavillons. De quoi remettre sérieusement en question la crédibilité et l'intégrité même de cet homme politique !
Recueillis par la Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

La Une

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff