Publié dans Politique

Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar

Publié le mercredi, 03 octobre 2018

Le dernier -né des partis politiques à Madagascar  vient de voir le jour. Il a pour ambition d’apporter un changement radical à Madagascar. Hier, l’Antoko Repoblikanina a été officiellement présenté à travers une conférence de presse. « En dépit du qualificatif de République, des régimes qui se sont succédé, et face aux réalités que dirigeants et dirigés ont présentées, force est de constater que la notion de « res publica » demeure fictive et l’effectivité de ses idéaux un champ à travailler », lance Hasina Raveloson, président de ce parti expliquant notamment le choix du nom du parti. « Un regard synoptique de nos soixante années de vécu républicain renseigne que, si la classe dirigeante assimile les principes républicains, au lieu de jouer son rôle, la majorité d’entre elles a plutôt utilisé les subtilités de ceux-ci à des fins personnelles en asservissant le peuple. Ce dernier de son côté est resté le ‘Vahoaka’ de l’ancien ordre face au ‘ Fanjakana’ », rajoute-t-il. 

L’Antoko Repoblikanina est un parti qui se veut pragmatique. Il est de centre droite, selon son président Hasina Raveloson. Le parti se veut être en phase avec l’évolution sociopolitique de Madagascar et ancre son aspiration aux idéaux éclairés. Jeunes et indignés par la situation à Madagascar, ils disent être déterminés à changer les choses et à participer à la gestion de  la Nation. Les fondateurs de l’Antoko Repoblikanina sont pour la plupart des dissidents du parti Leader Fanilo. D’après eux, s’ils ont démissionné et décidé de créer un parti politique, c’est parce qu’ « ils sont étouffés par la querelle interne qui perdure au sein du parti laissé par Herizo Razafimahaleo voilà déjà des années et qui semble ne pas s’apaiser ».  Fonder Antoko Repoblikanina est une manière pour les membres de fondateurs de passer outre cette situation. Toutefois, les idéologies de Herizo Razafimahaleo continueront d’être suivies au sein de l’Antoko Repoblikanina. A court terme, l’objectif de l’Antoko Repoblikanina est de répondre présent aux enjeux prochains des urnes. Le parti affirme avoir un candidat à soutenir pour la présidentielle mais se réserve le droit de le présenter prochainement. Le tout nouveau parti politique compte également participer aux prochaines élections législatives, communales et municipales. Ce parti dispose d’un projet de société et d’un programme de gouvernement affirme Hasina Raveloson, qui résume ces deux points en une phrase : « Concilier l’essor économique et l’essor social ». Concernant le débat sur la refondation à la base du pays, l’Antoko Repoblikana soutient que cela doit passer pas un « processus naturel » et notamment par une réforme du système politique.
Recueillis par L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff