Publié dans Politique

Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !

Publié le jeudi, 04 octobre 2018

Trois ans après le lancement du permis et carte grise biométriques, l’Etat reconnait enfin que l’opération n’est finalement que de l’arnaque. Une arnaque dénoncée par la presse suite au témoignage d’un compatriote résidant aux Etats-Unis qui en a fait une mauvaise expérience avec les autorités locales en présentant son permis biométrique de Madagascar. C’était pourtant un appel dans le désert face au silence du ministre de l’Intérieur de l’époque, Mahafaly  Solonandrasana, et du représentant de la société slovène à Madagascar, Eric Rajaonary. Deux personnalités en course à  la magistrature suprême. La société slovène par le biais de son représentant a certes apporté des explications après la dénonciation mais apparemment, ce n’était qu’une excuse bidon. Sinon comment expliquer cet aveu des responsables du ministère  de l’Intérieur. Ainsi, des milliers de conducteurs malagasy avaient entre leurs mains, pendant trois bonnes années, un permis de conduire et/ou carte grise biométriques non conformes.

La honte pour ceux qui ont fait de bonnes affaires sur le dos de leurs compatriotes et amassés des milliards d’ariary par de l’arnaque. Il va sans dire du temps et de l’argent perdu dans les procédures imposées en vue de l’obtention de ces fameuses pièces biométriques. Il est impensable en effet que ces deux principaux responsables n’aient jamais su qu’ils vendaient du toc à l’administration et aux utilisateurs. Mahafaly Solonandrasana Olivier et Eric Rajaonary riaient certainement sous cape de la réussite de leur coup. Et dire qu’ils osent encore se présenter à une élection présidentielle.  Avec des milliards d’ariary gagnés, leur trésor de guerre est bien garni. Outre le faux document délivré, CETIS international, adjudicateur du marché, et son représentant à Madagascar n’ont jamais daigné livrer les matériels de contrôle de l’authenticité «  du faux permis biométrique ».  Aujourd’hui, c’est encore les contribuables qui paieront les pots cassés avec ce projet du ministère de tutelle de recourir à un nouveau fabricant de ce papier administratif. Et cette fois-ci, ce sera du vrai et reconnu au niveau international, promet-on.  Bien que la délivrance soit gratuite à ceux qui possèdent déjà le « faux permis biométrique », l’Etat doit ainsi compléter la différence. Et les usagers de leur côté referont le même parcours du combattant pour l’obtention du permis biométrique. Une source bien informée avance néanmoins une autre hypothèse. Selon ses dires, le permis de conduire et la carte grise livrés sont loin d’être des faux. Seulement, il faudrait un accord ou une convention avec ces pays pour qu’ils y soient « lisibles ». Mais le problème actuel pour leur délivrance réside d’un problème interne entre la CETIS international et CETIS Madagascar. Nous en reparlerons.
  La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff