Publié dans Politique

Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina

Publié le mercredi, 17 octobre 2018

Narson Rafidimanana, ancien ministre des gouvernements successifs de Kolo Roger, Jean Ravelonarivo et Solonandrasana Olivier, ainsi qu’environ 150 maires ont annoncé leur soutien au candidat Andry Rajoelina pour l’élection présidentielle du 7 novembre prochain. « Après analyse de la situation actuelle de Madagascar et des réflexions personnelles, nous trouvons que notre vision pour le développement du pays se rapproche plus de celui d’Andry Rajoelina », a ainsi affirmé le fondateur de l’association « Iray Dia, Diaraiky », Narson Rafidimanana, au cours d’une conférence de presse à Antaninarenina hier en fin de matinée.

« Ce n’est pas une question de personnalité », plaide Narson Rafidimananana, questionné par rapport à son soutien à Andry Rajoelina et non au candidat du Hery vaovao ho an’i Madagasikara. « Le programme du candidat que nous soutenons convient à l’idée que nous nous faisons du développement du pays (…) Il faut faire le voyage avec une personne qui s’est fixé comme objectifs de porter aide et développer le pays  », renchérit-il, tout en soulignant que les programmes des candidats ont tous leur côté positif. Répondant à une question sur les possibles contreparties de ce soutien, Narson Rafidimanana réplique : « Le pays n’a pas besoin de contrepartie ».
Le ralliement de Narson Rafidimanana n'est pas une grosse surprise, pour les observateurs de la vie politique malgache.  Ecarté du poste de ministre auprès de la Présidence en  charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, par Hery Rajaonarimampianina, en août 2017, celui que ses proches surnomment « Coco » s’était mis en retrait du HVM.
A la fin du mois dernier, l’ex-ministre avait affiché aux yeux du monde que le divorce était définitivement consommé avec le Hery vaovao ho an’i Madagasikara et le candidat de ce parti à l’élection présidentielle. Tout en reconnaissant sa part de responsabilité, l’ancien ministre avait pointé du doigt le régime HVM de n’avoir pas fait grand-chose pour le développement des communes rurales éloignées.
A trois semaines du premier tour de la présidentielle, le HVM enregistre une défection majeure et le prétendant à Iavoloha Andry Rajoelina enregistre un soutien non négligeable. Sauf erreur, Narson Rafidimanana est le premier membre d’un des gouvernements de Hery Rajaonarimampianina à rejoindre le TGV, si les élus du HVM sont déjà nombreux à avoir, auparavant, franchi le pas pour soutenir le candidat numéro 13.
Pour Narson Rafidimanana, il n’y a rien d’illogique à son soutien. « En 2013, j’avais soutenu Andry Rajoelina mais il n’avait pas pu candidater. Il avait alors soutenu le candidat Hery Rajaonarimampianina. J’en avais fait de même. Aujourd’hui, Andry Rajoelina est candidat à l’élection présidentielle. Il est donc  tout à fait normal que je le soutienne. Il est temps de soutenir l’original et de laisser la copie », affirme-t-il au cours d’une interview en aparté.
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI
  • Trucage des résultats électoraux - Des têtes vont tomber au niveau des SRMV
  • TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !
  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC

La Une

Editorial

  • Arrogante !
     Contre vents et marées, la CENI publia officiellement les résultats provisoires de l’élection du Président de la République du 7 novembre 2018. Le schéma d’un deuxième tour se confirme. En dépit des anomalies et des irrégularités constatées, soulevées et dénoncées par l’ensemble des candidats, la Commission ne fait qu’à sa tête et se moque royalement de ces légitimes réserves. Elle  défend, farouchement, par la voix de son président, Maitre Hery Rakotomanana, la supposée légitimité de sa démarche. Toujours selon cet avocat de renom, trois piliers sous-tendent les actions, à savoir : la transparence, la neutralité et l’indépendance. Personne ne conteste ni remet en cause la pertinence ou la nécessité de ces bases cardinales. Seulement, certain comportement des dirigeants de cette honorable Institution les contredit. Ainsi, des faits avérés troublants laissent planer le doute quant à l’existence réelle de la transparence, à la fiabilité de la neutralité et à la véracité de…

A bout portant

AutoDiff