Publié dans Politique

Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison

Publié le mercredi, 17 octobre 2018

L’information est tombée. Une fois de plus, l’ancien maire de Fianarantsoa Pety Rakotoniaina se retrouve derrière les barreaux. Ayant été emprisonné à maintes reprises par le passé, le leader du parti Tambatra a de nouveau été interpellé par les éléments des forces de l’ordre, mardi, au niveau du Camp Robin sur la Route nationale 7 alors qu’il rejoignait Fianarantsoa. Le politicien a ensuite été transféré à Antananarivo pour les besoins de l’enquête. 
Déféré au parquet et inculpé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, il a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora, hier en fin d’après-midi. Le chef d’inculpation retenu par la justice tend à confirmer l’information selon laquelle son arrestation aurait un lien avec les velléités de sécession de quelques individus  réunis au sein du mouvement Fanjakana Gasy. Son nom aurait d’ailleurs été cité au cours des enquêtes.


Suite à une plainte déposée par la Direction de la législation et du contentieux auprès de la Primature, des enquêtes ont été diligentées, face aux annonces de création d’Etats autonomes ces  derniers temps. En effet, depuis plusieurs semaines, des politiciens connus et d’autres moins connus ont lancé la création d’Etats autonomes à travers tout le pays. En fin de semaine dernière, une grande déclaration devait avoir lieu pour annoncer la mise en place d’un Fanjakana Gasy.  Dans le cadre de cette affaire, dimanche dernier,  au restaurant le Pavé Antaninarenina, un meneur du mouvement sécessionniste, Rainidina Liampivoarana, avait été déjà interpellé par les autorités alors qu’il s’apprêtait à faire la déclaration de création du Fanjakana Gasy en question.  Contrairement à Pety Rakotoniaina, ce politicien a bénéficié d’une liberté provisoire après son audition auprès du parquet mardi.  En tout cas, il est utile de souligner que la Constitution dans son article numéro 1 dispose que: « le peuple malagasy constitue une nation organisée en Etat souverain  et unitaire. Le même article dans son alinéa 4 dispose que « nul ne peut porter atteinte à l’intégrité territoriale de Madagascar ». De ce fait, déclarer la création d’un Etat dénommé « fanjakana gasy » dans l’Etat constitue une atteinte au principe de l’Unité nationale.
De plus, c’est un acte puni par le code pénal en vigueur car il vise à détruire le gouvernement légitime. Pour rappel, l’article 87 du code pénal stipule que: « l’attentat dont le but est de détruire ou de changer le gouvernement soit d’exciter les citoyens ou les habitants à s’armer contre l’autorité est puni de déportation dans une enceinte fortifiée ».  Nombreux parmi les compagnons de lutte de Rainidina et de Pety Rakotoniaina voient en ces arrestations des tentatives de restreindre les libertés d’expression.  Pour les  analystes, ces derniers ne devraient pas se cacher derrière le principe de liberté d’expression pour s’adonner à des actes portant atteinte à l’intégrité territoriale de Madagascar.
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff