Publié dans Politique

Les 13 « Velirano » du n°13 - Andry Rajoelina dévoile des projets concrets !

Publié le jeudi, 01 novembre 2018

L’émotion était à son comble hier au Centre de Conférence International (CCI) Ivato hier. Ce fut au cours d’une cérémonie à la fois solennelle et conviviale partagée avec ses collaborateurs qu’Andry Rajoelina a partagé les détails des 13 « Velirano » (contrat social ou engagement) qui vont le lier avec le peuple malagasy. Le moment fort de cet évènement fut sans aucun doute le message de Mialy Rajoelina à l’endroit de son époux ainsi que tous ses collaborateurs dans le cadre de cette campagne présidentielle.


D’emblée, elle a tenu à partager les motivations de son mari dans son ambition à briguer la magistrature suprême du pays. « Souvent nos discussions à la maison portaient  sur Madagascar et le peuple malagasy », a – t- elle révélé. Malgré quelques appréhensions du monde politique, elle a fini par réaliser le souhait d’Andry Rajoelina de travailler pour la population malagasy. Elle a retracé son parcours depuis sa tendre enfance pendant laquelle son mari avait déjà l’habitude de fréquenter de nombreuses personnes issues de différentes couches sociales. A la suite des tournées de campagne qu’elle a effectuées aux côtés de son époux, Mialy Rajoelina a pu constater la réalité douloureuse de pauvreté et de précarité dans laquelle vit la population. Une réalité qu’elle a d’ailleurs déjà pu côtoyer en tant que Première dame et présidente fondatrice de l’Association « Fitia » pendant le régime transitoire. Ainsi, elle a encouragé, non sans grande émotion, son mari. « Andry, je sens le lourd poids de responsabilité qui t’attend mais c’est une mission sacrée. Je te souhaite pleine de réussite pour apporter du changement au pays et de l’espoir pour le peuple malagasy », conclut Mialy Rajoelina dont le discours a touché plus d’un et a fait couler quelques larmes à certains.
Passer du « rêve »  à la réalité
La cérémonie s’est ensuite enchainée par un long exposé détaillé des « 13 Velirano » du candidat n°13 devant un parterre de partisans et avec l’appui d’experts malagasy. Andry Rajoelina a tenu à souligner que s’il souhaitait être à la présidence du pays, ce n’est pas par souhait de vengeance, ni pour son intérêt personnel. Il a rappelé que la majorité des Présidents qui ont dirigé le pays jusqu’ici ne se sont pas suffisamment préparés ou n’avaient pas de programme concret pour développer le pays. Pour sa part, ce n’est pas seulement un programme qu’il présente mais des engagements qu’il va tenir et exécuter à la lettre.  « Fini le temps des fausses promesses et des paroles en l’air. Désormais, tout ce que nous allons annoncer sera concrétisé. Les résultats seront palpables et quantifiables », a – t – il déclaré. Le président de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) a emprunté la fameuse devise du pasteur américain et non moins révolutionnaire, Martin Luther King « I have a dream ». Et lui de déclarer que « Moi aussi j’ai un rêve pour Madagascar ». Un rêve qu’il entend traduire en réalité à travers des objectifs clairs et des indicateurs réalistes. Autant d’arguments visant à persuader
définitivement ceux qui hésitent encore à voter pour le candidat n°13.
 La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

La Une

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff