Publié dans Politique

Concours d'entrée à la Police Nationale - Quand le favoritisme supplante le mérite !

Publié le lundi, 05 novembre 2018

Déception et consternation ! Tels sont les sentiments qui prévalent chez les familles de quelques recalés du concours d'entrée à l'Ecole nationale supérieure de police (ENSP). Un sentiment qui est loin d'être animé par l'échec mais par l'injustice. Pour comprendre les tenants et aboutissants de l'affaire, revenons d'abord au début de l'histoire. Le 31 mars 2017, le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Fonction publique publient un arrêté interministériel portant ouverture du concours direct et concours professionnel pour le recrutement de 20 élèves commissaires de Police. 16 candidats sont disponibles pour le concours direct destiné aux civiles tandis que 04 autres places sont réservées au concours professionnel pour ceux qui font déjà partie du corps de la Police.

A la vue d'une telle opportunité, les jeunes qui ont voulu intégrer la Police Nationale ont donc accouru pour déposer leurs candidatures. Une fois les dossiers retenus, les candidats ont participé aux épreuves qui étaient sous forme écrites, orales puis physiques. Cette dernière étape étant cruciale étant donné la condition physique exigée dans l'exercice du métier de policier. Durant les épreuves physiques, des candidats ont remarqué que certains de leurs concurrents avaient du mal à exécuter les tests, dont une course sur un parcours de 800 à 1000m, qui leur ont été soumis. Une candidate a même failli ne pas terminer son épreuve et a du s'arrêter avant de reprendre sa course qui a finalement duré 10mn. Une performance qui peut être jugée médiocre et passible d'une note éliminatoire.
Combat judiciaire
Au moment de la publication des résultats du concours, grande fut la surprise de ces quelques candidats en voyant leurs noms parmi les recalés. Pire, la stupeur leur a gagné en s'apercevant que des candidats moins performants dont la candidate à la traîne pendant l'épreuve physique ont bel et bien été admis. Gagné par un sentiment d'injustice, les jeunes candidats recalés ont tenté de demander la raison de leur élimination. En guise de réponse, les raisons invoquées étaient le strabisme (défaut de parallélisme des axes visuels, qui fait que les yeux ne regardent pas exactement dans la même direction en même temps) pour l'un et le défaut de diplôme pour l'autre.
Décidés à ne pas se laisser faire dans cette injustice et redoutant de l'existence des interventions en haut lieu, les candidats recalés ont alors décidé de porter l'affaire devant le conseil d'Etat. Petite victoire, pendant le premier procès qui s'est tenu au mois de juin dernier, la rentrée des nouvelles recrues à l'ENSP a été ajournée. Après réquisition du tribunal, les notes délibérées ont été mises à la disposition des plaignants et les motifs invoqués (dont le strabisme) y étaient inscrits. De la pure invention pour les plaignants car plusieurs certificats médicaux dont un délivré par le dispensaire de la police a déclaré les candidats aptes donc dépourvus de toute anomalie physique. Stupeur encore pour eux en découvrant que les 3 candidats recalés ont obtenu des notes supérieures à celles
des admis. Parmi ces derniers, la fameuse candidate de l'épreuve physique qui n'a obtenu qu'une note en dessous de 10/20 mais a néanmoins été admise.
Intervention
Au final, le dossier des plaignants a été rejeté par le tribunal. Curieuse coïncidence, cette décision du Tribunal est sortie au moment ou le ministre de la Sécurité publique a assuré l'intérimaire du ministre de la Justice qui a fait un déplacement à l'étranger. De surcroît, le tribunal n'a publié aucun motif de rejet qui devra pourtant permettre aux plaignants de faire un recours ultime.
Malgré les négociations menées par l'avocat des plaignants auprès des responsables de la Police Nationale, ces derniers n'ont pas voulu réintégrer les méritants. Ces derniers et leurs familles se sont heurtés à un rejet d'audience du ministre de la Sécurité publique. « Nous ne savons plus à quel saint se vouer. Mais nous n'allons pas baisser les bras car accepter une telle injustice revient à cautionner la culture du népotisme au détriment du mérite », confie la mère d'un des candidats méritants qui fut recalé. Leur combat continue !
S. R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana

La Une

Editorial

  • Indétrônable
    Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

A bout portant

AutoDiff