Publié dans Politique

Présidentielle - Arlette Ramaroson en plein délire politique !

Publié le jeudi, 08 novembre 2018

Mais de qui se moque – t –elle ? La candidate Arlette Ramaroson s’est exprimée dans les médias hier concernant le scrutin présidentiel qui s’est déroulé mercredi. Une sortie médiatique qui prenait l’allure d’une véritable aberration. En effet, selon cette ancienne juge internationale, le déroulement du vote est rempli d’irrégularité. Elle reproche également des détournements de voix dans les résultats partiels qui sont publiés.
« Le candidat Dadafara (Randriamampionona Joseph Martin) est originaire de Fianarantsoa alors qu’il n’a obtenu qu’une quarantaine de voix. Moi-même, j’ai obtenu à peine 36 voix dans tout Madagascar alors que les membres de ma famille sont plus nombreux que cela », a – t – elle affirmé. Un argument des plus absurdes qui dépasse complètement le raisonnement politique. Depuis quand un candidat qui brigue le fauteuil présidentiel compte uniquement sur sa région d’origine ou sur sa famille ? En plus, le processus de dépouillement des voix n’est encore qu’à son début. 

Rappelons que cette candidate à l’élection présidentielle faisait partie du collectif des 25 candidats qui ont exigé une nouvelle révision de la liste électorale. Une revendication considérée par bon nombre d’observateurs comme un prétexte pour forcer un ajournement du scrutin. A un certain moment, ces mêmes candidats à la présidentielle et à la fois contestataire de l’élection ont même décidé de ne pas effectuer de campagne électorale. Pendant ce temps, les principaux protagonistes dans cette course à la magistrature suprême du pays ont sillonné les Communes et les Districts pour convaincre les électeurs. Arlette Ramaroson et consorts ne devraient donc pas s’étonner du nombre de voix insignifiant qu’ils ont obtenu puisque ni les citoyens, ni les médias, peut être même pas leurs compagnons de lutte n’ont pas été mis au parfum de leurs projets de société.
La Rédaction

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff