Publié dans Politique

Election présidentielle - Rajaonarimampianina déçoit tout le monde

Publié le jeudi, 08 novembre 2018

Au lendemain de  l’élection présidentielle, l’heure est maintenant au bilan dans chaque camp. Bien que les résultats officieux soient encore incomplets, la tendance est connue de tous. Des candidats aspirent à passer l’étape suivante, sauf que si les arbitres sifflent avant terme la fin du match, tandis que d’autres voient leurs chances s’amenuiser au fil des jours. A voir de très près la tendance affichée sur le site web de la CENI, Hery Rajaonarimampianina, candidat n°12, figure dans la catégorie de ceux qui n’ont plus rien à espérer. Avec un pourcentage aussi bas, 3% et quelques poussières de voix 72 heures après le début du décompte, le sort du Président sortant semble scellé. Sous d’autres cieux où la majorité des prétendants à la magistrature suprême sont des hommes ou des femmes censés, la reconnaissance de la défaite s’avère incontournable.


Ce qui est loin d’être pourtant le comportement de l’ex-président de la République de Madagascar. Hier, le clan du n°12 est sorti de son silence à travers un communiqué qui malheureusement n’a apporté que de la déception auprès des observateurs. Au lieu de s’avouer vaincu et féliciter ses devanciers en l’occurrence Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina continue de donner un faux espoir à ses partisans et de critiquer à tout vent le déroulement de l’élection. Certes, elle est loin d’être parfaite, tout comme la liste électorale d’ailleurs, mais de là à inventer des détournements de voix à grande échelle, c’est un combat d’arrière-garde.  « Nous ne laisserons pas la population se voir dérober son vote », lit-on dans ce communiqué. Mauvais perdant, Hery Rajaonarimampianina l’est certainement et homme d’Etat il a perdu à jamais cette stature par ce comportement indigne.
La population malagasy a exprimé sa déception envers Hery Rajaonarimampianina à travers les urnes en le plaçant, pour l’instant à la 3e place, mais celui-ci refuse toujours d’acter cette déconvenue.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff