Publié dans Politique

Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC

Publié le mercredi, 14 novembre 2018

Le clan Rajoelina dénonce des anomalies électorales et une fraude électronique. Les parlementaires qui soutiennent le candidat numéro treize affirment avoir l’intention d’engager des recours en contentieux électoraux auprès de la Haute Cour constitutionnelle (HCC)
« Nous avons les preuves d’anomalies électorales. Ces preuves seront soumises à la HCC ». L’annonce a été faite hier en début de soirée au cours d’une conférence de presse au Quartier général du candidat numéro 13 à Ivandry par Tinoka Roberto, député élu sous les couleurs du MAPAR à Sakaraha. Et ce, devant une quarantaine de députés pro-Rajoelina. « Nous réclamons tous une élection libre, transparente et démocratique. Et que le choix du peuple soit respecté. Ce qui n’est pas le cas actuellement », renchérit le député Tinoka Roberto.  Au cours de la déclaration d’hier, le camp Rajoelina a particulièrement pointé du doigt le logiciel électoral utilisé par la CENI. Un logiciel que les conférenciers soutiennent être  « truqué ». « Nous voulons savoir s’il y a eu un appel d’offres qui a été lancé pour ce logiciel, à quelle date, à quelles références, qui a obtenu le marché et combien a coûté le déploiement de ce logiciel », se demandent en effet les parlementaires. Et ce, car ce logiciel fausse les résultats de l’élection publiés par la CENI à travers toute l’île.


En effet, dans de nombreux Districts, tels que Mananjary, Fianarantsoa I, Farafangana, Antananarivo VI,  le nombre des votants et celui des suffrages exprimés ne concordent pas, affirme le sénateur Lylison René. Devant les gens des médias, ce parlementaire a montré hier des discordances dans les résultats publiés par les Sections de recensement de matériel de vote et reprises par la CENI. Des anomalies qui impactent principalement sur les scores du candidat Andry Rajoelina dont les voix sont grattées au fur et à mesure que les résultats arrivent, et ce au profit des autres candidats.  « Le logiciel éparpille les voix vers d’autres candidats. Le résultat final s’en retrouve changé », affirme Tinoka Roberto qui se demande pourquoi la CENI ne procède pas immédiatement à la suspension de ce logiciel à polémique. Ce porte-parole des parlementaires du camp Rajoelina s’interroge par ailleurs sur le retard du traitement des résultats issus de la Capitale. « Il y a –t-il volonté délibéré  de changer des choses ou de préparer l’opinion à votre gré ? », souligne-t-il.  Et de se demander : « La CENI semble faire une gestion de débit et ne traite pas les procès verbaux conformément à leur arrivée. Ou est-ce une gestion politique ? ».  En tout cas, tandis que les voix du membre du tiercé de tête semble stagner, ceux des réputés petits candidats continuent de grimper. Les conférenciers d’hier remarquent également que les pourcentages des candidats issus du pouvoir stagnent tous. « Au vu des résultats, il semble évident que le logiciel utilisé par la CENI n’est pas piraté mais truqué », soutiennent les parlementaires.  Une déclaration qui fait suite au départ des observateurs du candidat Andry Rajoelina de la CENI, la veille, en raison du manque de transparence de cet organe chargé des élections. Les observateurs du candidat Rajoelina à la CENI avaient demandé à avoir accès aux données de base et non celles déjà traitées. Une demande qui a reçu une fin de non recevoir de la part de la CENI. Une attitude qui ne fait qu’alimenter les suspicions autour du traitement des résultats.
 La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres
  • Trafic de bois de rose - Arrestation spectaculaire d’Eddy Maminirina
  • Président Andry Rajoelina - « La JIRAMA autorisée à importer directement du fuel lourd »
  • Gendarmerie nationale - Haro sur la corruption et les abus

La Une

Editorial

  • Impunité zéro
    De grosses têtes tombent, du moins commencent à tomber. De gros bonnets ou de gros poissons se font coincés dans le filet des limiers. Le temps de l’impunité est révolu. Finie l’époque où seuls les menus fretins payèrent les pots cassés. Le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, lors de son discours d’investiture déclarait qu’il va mener une bataille sans merci et sans pitié contre la corruption, le pillage des richesses naturelles, souvent endémiques, toutes formes d’exactions frauduleuses, les détournements de deniers publics et le gaspillage du Trésor public, etc. Il déclenchera également la lutte intransigeante contre l’insécurité. Dans la foulée, notre jeune et courageux Chef d’Etat prendra aussi des mesures urgentes afin de soulager, à long terme, le malheur de son peuple. Et pour couronner le tout, Rajoelina  s’engagea  à éradiquer, dans tout le pays, toutes les formes d’impunité. Le régime IEM tranche avec tous ses prédécesseurs  dans…

A bout portant

AutoDiff