Publié dans Politique

TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !

Publié le dimanche, 18 novembre 2018

Une assurance mal placée. Alors que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’avait pas encore publié les résultats, le TIM de Marc Ravalomanana s’est montré confiant pour affronter le second tour de la présidentielle. Le candidat n°25 a même déjà entamé une forme de campagne avant l’heure en faisant des apparitions un peu partout y compris dans les régions. Ayant décrié des anomalies dans le dépouillement et le traitement des résultats par la CENI, le camp de l’ancien exilé d’Afrique du Sud est soudainement devenu muet au fur et à mesure que les résultats sont parvenus au siège de l’équipe d’Alarobia. Au lieu d’une proclamation de « premier tour dia vita » au soir même du scrutin, le langage s’est vite transformé en un soudain enthousiasme pour le 2nd tour. Rien de très étonnant. En effet, le camp de l’ancien Président compte sur sa nouvelle alliance avec l’équipe du HVM pour pouvoir récolter des voix. D’ailleurs, les médias pro – HVM ne s’en cachent plus. Les discours et articles d’allégeance  à Marc Ravalomanana ne cessent de faire la Une.


 Illogique
 Une alliance qui est pourtant vouée à l’échec. A moins de procéder à des méthodes douteuses pour obtenir des voix, rien n’assure au TIM le soutien des partisans du HVM. En effet, faut – il rappeler que durant l’élection présidentielle de 2013, ce fut le MAPAR qui a fait élire Hery Rajaonarimampianina. Ce fut ce dernier qui a, par la suite, renié sa famille politique en faisant fi du soutien d’Andry Rajoelina et son équipe.
Nombreux parmi ceux qui se sont alliés à cette cause du MAPAR sont des personnes qui ont été lésées par le régime de Ravalomanana. Malgré la trahison de l’ex – ministre des Finances du régime transitoire,  nombreux partisans du HVM ne pourront jamais faire voter ni voter pour le candidat des « zanak’i Dada ». Cela parait même illogique voire insensé. En plus, étant donné sa nature versatile, le leader du TIM est loin d’être un homme de parole. Malgré l’existence d’un éventuel « deal », rien n’assure que l’ancien président honorera ses engagements. En s’aventurant dans une telle alliance, le camp du TIM au même titre que celui du HVM joue avec le feu. Gare aux erreurs de calcul !
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff