Publié dans Politique

Ministère de la Sécurité publique - Des défaillances inquiétantes

Publié le dimanche, 02 décembre 2018

« Interdiction d’entrée sur le territoire de la République de Madagascar ». Toute personne frappée de cet objet n’a pas le droit de fouler le sol malagasy, c’est simple et évident. N’empêche des étrangers sujets de cette interdiction se trouvent bel et bien dans le pays et y  circulent librement à la grande surprise générale. C’est le cas notamment d’un certain Hans Dieter Samsel, un ressortissant allemand.  Celui-ci est arrivé à Madagascar en 1998 pour le compte de l’orphelinat Zaza Faly à Betafo (Antsirabe). Mais durant son installation dans la Grande île, il a été accusé à tort ou à raison d’acte de pédophilie. Des accusations qui lui ont valu une expulsion en 2000 puis il est revenu quatre ans plus tard et l’année suivante. C’est seulement lors de son arrestation à Antsirabe dans le courant du mois d’avril 2015 qu’il aurait su qu’il n’avait pas le droit d’entrée à Madagascar. Hans Dieter Samsel a été par la suite incarcéré  pendant huit mois à la prison d’Antsirabe et à sa sortie on lui a notifié de nouveau une expulsion du territoire. Mais elle n’a pas été suivie d’effet dans la mesure où le ressortissant allemand avec une affaire de pédophilie pendante à la Justice malagasy était frappée d’une interdiction…de sortie du territoire( IST).

La Justice l’a acquitté au bénéfice de doute.  Après huit années de séjour à Madagascar,  Hans Dieter Samsel est parti à l’étranger au mois de mars de l’année en cours pour un traitement médical. Entre-temps, une note signée par Mahafaly Solonandrasana, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, et dont les services de la Police à savoir celui de l’air et des frontières ont été les destinataires, informe que cet Allemand de 71 ans est interdit d’entrée à  Madagascar. Mais par magie, celui-ci a pu entrer sans encombre dans le pays le 17 juin 2018 et s’y trouve encore. Actuellement, il a déposé une demande de visa auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. L’Allemand circule avec son récépissé, un droit absolu des demandeurs de renouvellement de visa de séjour en attendant la réponse des autorités compétentes. Des sources auprès du ministère de l’Intérieur avancent que ce département aurait refusé la demande déposée par Hans Dieter Samsel. En principe, il devra d’ici peu quitter le pays à moins que ce soit déjà fait. Par ailleurs, ce département de la Sécurité publique a été récemment  pointé du doigt au dernier concours élèves commissaires. L’élimination de certains candidats, méritants pourtant, relève en effet d’une pure imagination frisant le ridicule. Des candidats en bonne santé et ayant passé avec brio toutes les épreuves, écrites et physiques, ont été déclarés atteint de… strabisme. Une invention qui leur a valu une élimination en dépit de leur moyenne qui les place parmi les cinq premiers du concours.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff