Publié dans Politique

Second tour de la présidentielle - Marc Ravalomanana s’entoure de personnalités controversées

Publié le mardi, 04 décembre 2018

L’heure est aux alliances. A la veille du lancement du second tour de la présidentielle, les déclarations d’alliance abondent. Si des alliances logiques se sont formées du côté du candidat Andry Rajoelina, des « liaisons » les plus improbables font surface dans le camp de Marc Ravalomanana. Après une alliance récente avec le très controversé Mbola Rajaonah qui traîne plusieurs casseroles dont une affaire en cours au niveau du Bureau Indépendant anti – corruption, l’Ancien Président collectionne les personnalités à polémique dont les motivations deviennent de plus en plus inexpliquées.

Hier, l’ancien Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier a, de manière officielle, fait part de son soutien indéfectible au candidat n°25. Cet ancien patron de la Primature qui compte plusieurs scandales à son actif dont la fameuse affaire de détournement de subvention destinées à plusieurs communes. Une affaire qui implique directement cet ancien locataire de Mahazoarivo avec la milliardaire, Claudine Razaimamonjy. Il va sans dire du dernier scandale lié à la confection de permis biométrique (où plutôt de faux permis biométrique) dans lequel le nom de Mahafaly Solonandrasana est expressément cité. Pour le moment, l’homme a pu se dérober à la justice peut – être grâce à son statut d’ancien Premier ministre et de candidat à la Présidentielle. D’ailleurs, l’on pourrait interpréter cette hâte de l’ex – ministre de l’Intérieur de soutenir le n°25 par peur d’éventuelles poursuites judiciaires dont il pourrait faire l’objet très prochainement. En tout cas, l’arrivée de cette « persona non grata » pour le peuple malagasy ne manquera pas d’égratigner l’image déjà peu reluisante de Marc Ravalomanana.

En outre, Marc Ravalomanana a également reçu l’appui de Ny Rado Rafalimanana, une autre figure à polémique dont le passé est également loin d’être reluisant. A cela s’ajoutent quelques membres du collectif des 25 candidats dont les masques sont finalement tombés. Il s’agit de Fanirisoa Ernaivo, Eliana Bezaza, entre autres. Ces candidats qui ont donc, depuis le début, joué le jeu du HVM en faisant les trouble – fêtes pour perturber le déroulement du processus électoral avant de finalement se raviser et soutenir un candidat. En tout cas, les électeurs ne sont pas bêtes et feront le tri entre les bons et les mauvais grains. A partir de ce jour, la campagne électorale battra de nouveau son plein avant l’heure de vérité pour le 19 décembre !

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff