Publié dans Politique

Second tour de la présidentielle - Marc Ravalomanana s’entoure de personnalités controversées

Publié le mardi, 04 décembre 2018

L’heure est aux alliances. A la veille du lancement du second tour de la présidentielle, les déclarations d’alliance abondent. Si des alliances logiques se sont formées du côté du candidat Andry Rajoelina, des « liaisons » les plus improbables font surface dans le camp de Marc Ravalomanana. Après une alliance récente avec le très controversé Mbola Rajaonah qui traîne plusieurs casseroles dont une affaire en cours au niveau du Bureau Indépendant anti – corruption, l’Ancien Président collectionne les personnalités à polémique dont les motivations deviennent de plus en plus inexpliquées.

Hier, l’ancien Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier a, de manière officielle, fait part de son soutien indéfectible au candidat n°25. Cet ancien patron de la Primature qui compte plusieurs scandales à son actif dont la fameuse affaire de détournement de subvention destinées à plusieurs communes. Une affaire qui implique directement cet ancien locataire de Mahazoarivo avec la milliardaire, Claudine Razaimamonjy. Il va sans dire du dernier scandale lié à la confection de permis biométrique (où plutôt de faux permis biométrique) dans lequel le nom de Mahafaly Solonandrasana est expressément cité. Pour le moment, l’homme a pu se dérober à la justice peut – être grâce à son statut d’ancien Premier ministre et de candidat à la Présidentielle. D’ailleurs, l’on pourrait interpréter cette hâte de l’ex – ministre de l’Intérieur de soutenir le n°25 par peur d’éventuelles poursuites judiciaires dont il pourrait faire l’objet très prochainement. En tout cas, l’arrivée de cette « persona non grata » pour le peuple malagasy ne manquera pas d’égratigner l’image déjà peu reluisante de Marc Ravalomanana.

En outre, Marc Ravalomanana a également reçu l’appui de Ny Rado Rafalimanana, une autre figure à polémique dont le passé est également loin d’être reluisant. A cela s’ajoutent quelques membres du collectif des 25 candidats dont les masques sont finalement tombés. Il s’agit de Fanirisoa Ernaivo, Eliana Bezaza, entre autres. Ces candidats qui ont donc, depuis le début, joué le jeu du HVM en faisant les trouble – fêtes pour perturber le déroulement du processus électoral avant de finalement se raviser et soutenir un candidat. En tout cas, les électeurs ne sont pas bêtes et feront le tri entre les bons et les mauvais grains. A partir de ce jour, la campagne électorale battra de nouveau son plein avant l’heure de vérité pour le 19 décembre !

La Rédaction

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff