Publié dans Politique

Second tour de la présidentielle - Virap’un group à fond pour Andry Rajoelina

Publié le mardi, 04 décembre 2018

Ne pas s’écarter du droit chemin. Virap’un group maintient sa confiance à Andry Rajoelina pour diriger le pays et la renouvelle pour ce second tour des élections présidentielles 2018.Dirigée par Virapin Ramamonjisoa, ex-ministre de Sports de la transition et consul de Madagascar à l’île de La Réunion, l’association politique très active dans la région de la Haute Matsiatra figure parmi les groupements qui ont soutenu activement  le candidat n°13 au 1er tour.  Elle pourrait être considérée comme l’une des artisanes de la victoire sans bavure de celui-ci dans cette localité.

Lors du passage d’Andry Rajoelina à Fianarantsoa durant la campagne électorale du mois dernier, Virap’un group s’est fait remarquer par la présence de ses nombreux fidèles au rassemblement. Le changement de cap de Virap’un group fait suite à la directive du fondateur de l’association qui a jeté son maillot de « Voromahery » au lendemain  même de la création de cette plateforme ayant pour mission de soutenir Hery Rajaonarimampianina. En effet, Virapin Ramamonjisoa, contre toute attente, s’est désolidarisé du quatuor fondateur du « Voromahery » pour apporter sa contribution, à travers son groupement,  et son soutien  à Andry Rajoelina et ce avant même le coup d’envoi officiel de la campagne électorale du 1er tour.  L’équipe de Virapin Ramamonjisoa sillonnait depuis les quartiers de la capitale du Betsileo et les villes avoisinantes pour convaincre les électeurs à voter le candidat n° 13 le 7 novembre dernier.

« On ne va pas se targuer d’avoir été le pilier de la victoire écrasante de Andry Rajoelina dans la région Haute Matsiatra, n’empêche on est fier d’avoir réussi notre mission principale », confie un des dirigeants de Virap’un group.

Et à partir d’aujourd’hui, le groupement de Virapin Ramamonjisoa reprend son bâton de pèlerin pour faire élire Andry Rajoelina à la magistrature suprême. 

«  Nous allons remobiliser ceux qui ont voté pour le candidat n°13 au premier tour et convaincre ceux qui, pour diverses raisons, ont choisi un autre prétendant à  donner leur voix à Andry Rajoelina. On va mettre les bouchées doubles pour  le faire passer car pour nous c’est l’homme valable pour diriger le pays », avance ce responsable de l’association. Et lui d’énumérer les réalisations de Andry Rajoelina à la présidence de la Transition bien que le régime ait été privé des aides financières et d’appui de la communauté internationale. En outre, le Virap’un group se dit également convaincu par la vision d’Andry Rajoelina pour développer le pays et rattraper les années perdues. « Les Malagasy étaient habitués à des projets classiques mais ce ne sont plus suffisants pour mettre Madagascar dans le camp des Nations développées. Andry Rajoelina propose des projets grandioses pour sortir le pays dans la pauvreté et d’y faire régner la sécurité », précise le dirigeant du groupement.

D’après ses dires, l’association relève le défi de doubler le score obtenu par Andry Rajoelina au premier tour. « C’est un défi que Virap’un group lance afin de propulser le dirigeant de la révolution orange à la tête de la République de Madagascar », martèle le dirigeant.

La Rédaction

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff