Publié dans Politique

Campagne d’Andry Rajoelina - Un culte à l’ilot de la Vierge pour débuter

Publié le mardi, 04 décembre 2018

La campagne électorale pour le second tour de l’élection présidentielle à Madagascar a été lancée hier. Cette campagne ira jusqu’au 17 décembre prochain et les scrutins interviendront le 19 décembre. A l’instar de ce qu’il a fait lors de l‘ouverture de la campagne pour le premier tour, Andry Rajoelina a de nouveau débuté sa campagne par un culte œcuménique qui a été organisé à la Chapelle Sainte Marie Reine de Madagascar située sur l’ilot de la Vierge dans la Commune rurale d’Ampefy, à une centaine de kilomètres à l’ouest de la Capitale. Un lieu symbolique car, pour beaucoup, cet endroit est considéré comme étant le centre de Madagascar.

Ce culte a été l’occasion pour Andry Rajoelina, son épouse Mialy Rajoelina ainsi que quelques partisans de la Région de se ressourcer en prévision des quinze prochains jours durant lesquels le candidat du Tanora malaGasy Vonona (TGV) prévoit de sillonner de nouveau tout le pays. Devant la statue de Sainte Marie, le candidat numéro 13 a reçu à cette occasion les bénédictions des prêtres des diocèses de Miarinarivo. En tout cas, les partisans, toutes confessions confondues, se sont également unis pour recommander à Dieu la campagne électorale du candidat numéro 13 pour obtenir la victoire finale le 19 décembre 2018. Au cours du culte, le cantique catholique « Nifidy ahy ny tompo » a été choisi par les prélats catholiques. Une chanson qui a reçu un écho auprès d’Andry Rajoelina  et a réitéré sa volonté de sauver Madagascar.  « Je suis mu par l’amour pour effectuer la mission qui m’a été assignée par le peuple malagasy et par Jésus Christ », a-t-il dit.

S’en sont suivis les premiers meetings dans les Communes d’Ampefy, d’Ampary, d’Analavory et de Soavinandriana. « Les nombreux obstacles et les détournements de nos voix, ne nous ont pas empêchés d’arriver premier », dit-il devant les partisans à Ampefy, venus nombreux comme lors des meetings du premier tour. A Ampary, à Analavory et Soavinandriana, il a écouté les doléances de la population locale relatives notamment à l’agriculture, à l’éducation et au manque d’infrastructures. Dans cette région connue pour son agriculture, Andry Rajoelina s’est engagé à la construction d’une usine de production d’engrais.  Dans l’après-midi, il s’est rendu dans le District d’Antananarivo Atsimondrano. A Itaosy Bemasoandro et à Tongarivo Tanjombato, deux endroits où il a obtenu de très bons scores lors du premier tour, une foule  compacte est venue à la rencontre du leader de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Pour Itaosy en particulier, il s’est engagé à construire des infrastructures pour le désengorgement des voies d’accès à cette localité.

A travers ces meetings d’hier, un message principal a été adressé par le leader du TGV. « Aidez-moi pour que je puisse vous aider en retour », dit le pôle-man dans la course à l’accession à la magistrature suprême. Et ce, en venant voter nombreux le 19 décembre et surtout en convaincant les indécis à voter en faveur d’un candidat jeune, patriote et loin d’être « retraité ».

La rédaction

Fil infos

  • Violence économique, viol conjugal, outrage sexiste - Les victimes désormais protégées
  • Immeubles R+4 à Ivato - Le Président Rajoelina pose les premières pierres
  • Trésor public malagasy - L’ancien DG emporté par l’affaire Audi A6
  • Violences basées sur le genre - L’avenir des victimes entre les mains des députés
  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs

La Une

Editorial

  • Tana-Masoandro, enjeux et défis
    Quelque peu éclipsée par les élections du 27 novembre et les démarches incontournables relatives à la « récupération » des îles éparses, les « îles Malagasy », la construction de la Ville nouvelle « Tana-Masoandro » passe tant soit peu sous silence. Non pas parce qu'elle est reléguée au second plan mais on ne peut ou ne doit pas courir sur deux lièvres à la fois, il a fallu organiser et mettre de l'ordre dans la mise en marche des actions. Un minimum que les dirigeants doivent être capables d'agencer.  

A bout portant

AutoDiff