Publié dans Politique

Commune urbaine Antananarivo - La devise de la Mairie souillée par les Ravalomanana

Publié le mercredi, 05 décembre 2018

A son arrivée à la tête de la Mairie de la Commune urbaine d’Antananarivo, le couple Ravalomanana, Lalao en tant que première magistrate élue et Marc comme conseiller spécial,  a choisi  « Antananarivo madio, milamina sy mandroso » (littéralement : assainie, organisée et développée) comme devise. En jetant son dévolu sur Lalao Ravalomanana, la population de la Capitale croyait qu’en tant que mère de famille, elle aura la capacité de mettre de l’ordre dans la ville d’Antananarivo comme elle l’a promise durant la propagande et d’accomplir l’assainissement tant souhaité. Quelques mois après sa prise de fonction et de l’arrivée de son époux avec ses grosses bottes dans son staff, ceux qui ont voté pour Lalao Ravalomanana espéraient que les choses vont s’améliorer et que les changements tant annoncés  vont se concrétiser.   Et pourtant, deux ans à la tête de la Commune, le couple Ravalomanana n’a rien fait de concret pour redorer le blason d’Antananarivo. Pire, c’est le chaos total qui règne actuellement à Antananarivo. Pas de solution pour les embouteillages monstres, tant en plein centre-ville qu’à la sortie ou à l’entrée de la Commune d’Antananarivo, causant un manque financier aux transporteurs et une perte de temps aux usagers de la route. Point d’initiative pour faire d’Antananarivo une ville propre. Aujourd’hui, elle est classée comme la Capitale la plus sale de la Région indianocéanique. Ajouter à ces « marasmes », les canaux d’évacuation non entretenus entraînant des mini-inondations dès les premières gouttes de pluies. 

 

La patience a ses limites. Face à la non tenue des promesses faites par le couple Ravalomanana, les électeurs de la Capitale ont infligé un vote sanction au conseiller spécial à la présidentielle de 2018. Marc Ravalomanana considère en effet Antananarivo-ville comme son fief, mais il a reçu un camouflet en terminant derrière Andry Rajoelina au premier tour. Un résultat inattendu par le clan de Ravalomanana mais toutefois prévisible, selon les observateurs objectifs.   Ils expliquent le désamour entre les Tananariviens et les Ravalomanana du fait que ces derniers ont passé la majeure partie de leur mandat aux gesticulations et notamment à la recherche permanente d’une revanche politique plutôt qu’au sort de la Capitale de Madagascar et du quotidien des habitants. Il a fallu, par exemple, qu’Andry Rajoelina, lors d’une de ses descentes dans les ruelles de la ville d’Antananarivo, lance le projet de « tana-maro » (travaux à haute intensité de main-d’œuvre) pour enlever les ordures que les Ravalomanana sortent de leur léthargie en dotant des camions au SAMVA. Ce dernier qui était auparavant sous tutelle de la CUA lui a été enlevé par le Président Marc Ravalomanana pour faire obstacle à Andry Rajoelina, au lendemain de la plébiscitation de celui-ci par la population d’Antananarivo à la tête de la Mairie. Il en est de même de la suppression du statut particulier de la ville des mille. 

Des mauvaises langues avancent même que le passage du couple Ravalomanana à la tête de la Mairie  est agrémenté par la cession des terrains communaux à  des particuliers. C’est le cas notamment des surfaces situées à Anosy et à Antaninarenina. Face à ces incompétences flagrantes de Lalao et les dérives de Marc, il n’est pas étonnant que les Tananariviens aient tourné le dos aux Ravalomanana.

 La Rédaction

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff