Publié dans Politique

Andry Rajoelina - « Le peuple a besoin d’un jeune président dynamique »

Publié le mercredi, 05 décembre 2018

« Il y a deux candidats. L’un a été rejeté par la population et a fui en Afrique du Sud. Le peuple ne refera plus marche arrière », a affirmé Andry Rajoelina hier devant la foule réunie massivement dans la Commune rurale Marojala, District de Sambava. Dans la lutte à distance qui l’oppose au candidat du TIM, Andry Rajoelina a donné le ton dès la première étape de sa tournée d’hier dans la SAVA. Après des meetings dans la Région Itasy et dans la Région Analamanga pour débuter sa campagne électorale, hier Andry Rajoelina a mis le cap vers la Région SAVA et celle de l’Analanjirofo. Pour des raisons climatiques, les meetings dans les Communes de Sandrakatsy dans le District de Mananara Nord et Vohipeno ont été annulés.  Au cours de ses rencontres avec la population, Andry Rajoelina a tenu à remercier tous ceux qui ont voté pour lui lors du premier tour et dit espérer que nombreux voteront encore pour lui lors du second tour. A cet égard, il lance :  « Aidez-moi pour que je puisse vous aider » et appelle  ceux qui n’ont pas effectué leur devoir à voter pour lui le 19 décembre prochain. Et lui de rajouter : « Le peuple a besoin d’un président dynamique ». « L’objectif est de rester premier pour le 19 décembre », lance-t-il, à Marojala, s’engageant notamment à  remettre des madriers pour construire le pont reliant cette petite Commune à Sambava et à augmenter les subventions pour les maires s’il est élu, à construire une usine de construction de panneaux solaires et de forages pour avoir de l’eau propre. Des engagements réitérés durant les meetings dans la SAVA et l’Analanjirofo. « Je suis aimé par tous les Malgaches du nord au  sud en passant par l’est et  l’ouest », tambourine-t-il. 

 

Dans la Commune rurale d’Ambodiangezoka - District Andapa, il s’est engagé à faire en sorte de donner de l’emploi aux jeunes.  « On dit tout le temps que Madagascar fait partie des pays les plus pauvres du monde. Le temps est venu de changer l’histoire. Le peuple malagasy mérite un président jeune », martèle-t-il.  « Je ne prendrai pas les terres de la population », renchérit le leader de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar.  « Durant la Transition, 

le prix de la vanille était  élevé », rappelle-t-il, promettant de tout faire pour relever le prix de ce produit emblème de Madagascar, notamment en mettant en place « Aucun Président de la République n’est venu ici », dit le candidat numéro 13.  « Que choisirons-nous le  19 décembre,  avancer ou reculer ? », dit aussi celui qui a obtenu le soutien de la majorité des maires de la SAVA.   « Nous ne regardons pas notre propre société », a indiqué Rajoelina dans la Commune d’Ampohibe- District Antalaha. Et lui de rappeler que lors du mouvement des députés à Antananarivo, pour contester contre les lois sur les élections qui excluaient des candidats, les députés  MAPAR avaient brandi des banderoles pour l’alternance démocratique.  « Ceux du TIM en revanche ont milité pour la réouverture du Magro, Tiko et Mbs. Cela veut dire que nous pensons d’abord au peuple », a remémoré le candidat numéro 13. « Ce n’est pas la première fois que le numéro 25 et moi nous nous affrontons. Lors des communales à Antananarivo, j’ai battu son poulain avec 70% des suffrages exprimés, le plus haut taux à Madagascar. Lors de l’élection présidentielle de 2013, je n’ai pas pu me présenter mais j’ai soutenu un candidat. Nous avons été opposés au TIM et nous avons encore gagné. Cette fois-ci en 2018, nous allons voter pour l’original, c'est-à-dire moi, et nous allons vaincre le numéro  25 », souligne-t-il, dans la Commune d’Anjahana,  District de Maroantsetra.

L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff