Publié dans Politique

Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

Ambiance électrique en Conseil des ministres.  Le ton est monté avant-hier lors de la réunion hebdomadaire entre le Chef de l’Etat et les membres du Gouvernement.  Selon le compte-rendu de la réunion, au cours de sa prise de parole en guise d’ouverture de la séance, le  Chef de l’Etat intérimaire, Rivo Rakotovao a fait une remarque appuyée sur  « les interventions directes et publiques de personnes ressources de nationalité étrangère lors d’une récente conférence sur la sécurité, jugées inopportunes en regard de la souveraineté nationale, et entrant, d’autant plus, dans le cadre d’une période de campagne électorale ». Une référence à peine déguisée pour parler de la Conférence sur la sécurité et défense organisée la semaine dernière par Andry Rajoelina dans le cadre de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Un séminaire qui a vu la présence de nombreux experts internationaux en matière de sécurité et défense. D’après le communiqué relatant les décisions prises lors du Conseil des ministres, Rivo Rakotovao a pointé du doigt « la mise en avant de matériels stratégiques de défense, sujets à une réglementation stricte ». « S’en est suivi un lever de boucliers de la part de certains ministres », narre le communiqué de la Présidence qui précise qu’un ministre aurait délibérément choisi de quitter la séance, « estimant avoir été lésé dans le temps imparti aux échanges sur le sujet abordé ».

  A la lecture du compte-rendu, bon nombre d’observateurs de se demander quelle mouche a donc bien pu piquer le locataire d’Ambohitsorohitra. Depuis quand de simples avis de panélistes étrangers lors d’une conférence dédiée à aider un pays à lutter contre l’insécurité et à protéger ses frontières, peuvent-ils être interprétés « comme inopportuns en regard de la souveraineté nationale » ?  A aucun moment il n’a été dit que ces spécialistes internationaux iront effectuer eux-mêmes s’occuper de ces tâches dévolues aux autorités malagasy. En outre, il convient de noter que les matériels utilisés lors de la conférence ont été importés et ont donc passé les procédures douanières régulières. Et que, contrairement à ce qu’affirme le Chef d’Etat, il ne s’agit pas de matériels stratégiques de défense. En agissant de la sorte, Rivo Rakotovao créée une polémique inutile et malvenue.  En tant que Chef de l’Etat, il devrait pourtant se poser en tant que Raiamandreny. Il bafoue la neutralité dont devrait se prévaloir un Chef d’Etat qui est de surcroît intérimaire. Ce faisant, sous couvert d’introduction, Rivo Rakotovao empiète également sur les fonctions du Premier ministre qui est le Chef de l’Administration. Pour beaucoup, le numéro Un de l‘Etat ne devrait pas utiliser le Conseil des ministres comme une arène politique. Il pourrait également être accusé de partialité envers le camp Ravalomanana.
 L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff