Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau

Publié le vendredi, 07 décembre 2018

La sanction est tombée. Le barreau d'Antananarivo a suspendu pour deux ans, l'avocat Willy Razafinjatovo dit Maître Olala. Une information révélée par le principal concerné au cours d'un entretien avec les membres de la presse hier.
« La décision a été prise par le Conseil de discipline et rendue publique par le Conseil de l'ordre des avocats », explique l'avocat, très remonté, qui en a profité pour dénoncer une mauvaise foi et une non-maîtrise des procédures de la part de certains des membres du Conseil de l'ordre des avocats.

« Ils disent certaines choses et font l'inverse », fustige l'avocat dénonçant également un certain deux poids deux mesures et accuse personnellement le président de l'ordre des avocats. « Quand il s'agit de moi, le droit de la défense n'existe pas, mais quand c'est pour les autres, ce droit existe », dit-il.
Maître Willy Razafinjatovo renchérit en prenant exemple sur une affaire récente concernant un proche à lui. « Quand il s'agit de certains avocats, le bâtonnier a récemment affirmé qu'il est possible de défendre un client qui a un contentieux avec un avocat. Or, quand j'en avais fait la demande, celle-ci a été refusée », fustige-t-il, avant de rajouter : « Il y a donc des autorisations qu'on autorise et d'autres non ? », se demande-t-il. 
Pour l'avocat, le non respect des procédures découle d'une non-maîtrise des procédures. « Le motif de la convocation n'avait même pas été inscrit », affirme Maître Olala. D'après ses explications, il aurait été entendu dans le cadre de quatre affaires dont trois sont relatives à des doléances d'adversaires de ses clients et l'un du bâtonnier en personne.  L'avocat Willy Razafinjatovo avait dénoncé l'utilisation par le bâtonnier de son titre pour défendre l'opératrice Claudine Razaimamonjy à l'époque. Une dénonciation que le président de l'ordre des avocats n'aurait pas appréciée, selon Me Olala. Et lui de subodorer ainsi des dessous politiques et un acharnement contre sa personne.
« J'ai 43 ans de carrière derrière moi. J'ai déjà été convoqué en conseil de discipline mais jamais la décision n'a été publiée comme actuellement », martèle-t-il, dénonçant une tentative de nuire à sa réputation. Une tentative que l'avocat prend plutôt bien. « Cela ne fera qu'augmenter ma cote », ironise-t-il, affirmant que l' « Ordre des avocats, censé instaurer l'ordre, était en train de créé le désordre ». Maître Olala affirme avoir fait appel de la décision devant les instances compétences.
Recueillis par L.R.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff