Publié dans Politique

Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau

Publié le vendredi, 07 décembre 2018

La sanction est tombée. Le barreau d'Antananarivo a suspendu pour deux ans, l'avocat Willy Razafinjatovo dit Maître Olala. Une information révélée par le principal concerné au cours d'un entretien avec les membres de la presse hier.
« La décision a été prise par le Conseil de discipline et rendue publique par le Conseil de l'ordre des avocats », explique l'avocat, très remonté, qui en a profité pour dénoncer une mauvaise foi et une non-maîtrise des procédures de la part de certains des membres du Conseil de l'ordre des avocats.

« Ils disent certaines choses et font l'inverse », fustige l'avocat dénonçant également un certain deux poids deux mesures et accuse personnellement le président de l'ordre des avocats. « Quand il s'agit de moi, le droit de la défense n'existe pas, mais quand c'est pour les autres, ce droit existe », dit-il.
Maître Willy Razafinjatovo renchérit en prenant exemple sur une affaire récente concernant un proche à lui. « Quand il s'agit de certains avocats, le bâtonnier a récemment affirmé qu'il est possible de défendre un client qui a un contentieux avec un avocat. Or, quand j'en avais fait la demande, celle-ci a été refusée », fustige-t-il, avant de rajouter : « Il y a donc des autorisations qu'on autorise et d'autres non ? », se demande-t-il. 
Pour l'avocat, le non respect des procédures découle d'une non-maîtrise des procédures. « Le motif de la convocation n'avait même pas été inscrit », affirme Maître Olala. D'après ses explications, il aurait été entendu dans le cadre de quatre affaires dont trois sont relatives à des doléances d'adversaires de ses clients et l'un du bâtonnier en personne.  L'avocat Willy Razafinjatovo avait dénoncé l'utilisation par le bâtonnier de son titre pour défendre l'opératrice Claudine Razaimamonjy à l'époque. Une dénonciation que le président de l'ordre des avocats n'aurait pas appréciée, selon Me Olala. Et lui de subodorer ainsi des dessous politiques et un acharnement contre sa personne.
« J'ai 43 ans de carrière derrière moi. J'ai déjà été convoqué en conseil de discipline mais jamais la décision n'a été publiée comme actuellement », martèle-t-il, dénonçant une tentative de nuire à sa réputation. Une tentative que l'avocat prend plutôt bien. « Cela ne fera qu'augmenter ma cote », ironise-t-il, affirmant que l' « Ordre des avocats, censé instaurer l'ordre, était en train de créé le désordre ». Maître Olala affirme avoir fait appel de la décision devant les instances compétences.
Recueillis par L.R.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff