Publié dans Politique

Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana

Publié le lundi, 10 décembre 2018

Rétablir la vérité. Au cours de l’émission « Miara Manonja » diffusée sur plus de 70 stations de radio de la Grande île, l’ancien vice-Premier ministre chargé du Développement et de l’Aménagement du territoire durant la Transition Hajo Andrianainarivelo a dénoncé le mensonge de Marc Ravalomanana lors du premier débat présidentiel de l’entre-deux-tours dimanche dernier.  Au cours des débats, l’ex-Président de la République avait en effet affirmé avoir contribué à hauteur de 1 milliard d’ariary pour la construction de l’Hôtel de Ville d’Analakely. Une information démentie vigoureusement par Andry Rajoelina sur le plateau de la TVM dans la foulée même. Premier responsable du ministère de l’Aménagement du territoire et de la Décentralisation de 2009 à 2013, Hajo Andrianainarivelo a apporté de nouveaux éléments qui décrédibilisent encore un peu plus l’affirmation de l’ancien Président Marc Ravalomanana.


« Il faut préciser certaines choses. En 2009, Ravalomanana n’était plus au pouvoir. Les travaux de construction de l’Hôtel de ville ont commencé en 2009. Avant mon arrivée, le département de l’Aménagement du territoire n’avait aucune intention de contribuer au financement de la construction de l’Hôtel de ville. Le pouvoir en place n’en avait également pas l’intention », a affirmé Hajo Andrianainarivelo, répondant à une question de la chroniqueuse politique Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo sur la véracité des affirmations de Marc Ravalomanana.
Pour prouver que le régime Ravalomanana n’avait jamais eu l’intention de contribuer au financement de l’Hôtel de ville, Hajo Andrianainarivelo de rajouter plus loin au cours de son intervention, qu’aucune ligne budgétaire n’a jamais été inscrite dans les différentes lois de finances sous Ravalomanana. Il invite Ravalomanana et ses partisans à en faire de même.
Jalousie
 « Si Ravalomanana peut prouver l’existence d’une ligne budgétaire dédié à la construction de l’Hôtel de ville, il peut le rendre public et le débat serait clos. Mais à ma connaissance une telle preuve n’existe pas. Et s’il avait une honnêteté politique, il s’excuserait », défie Hajo Andrianainarivelo. Selon l’ancien maire d’Ankadinandriana, c’est après son passage à la tête du département ministériel de l’Aménagement du territoire, c'est-à-dire en 2009, qu’un budget a été consacré pour permettre la construction de l’édifice visible sur la Place du 13 mai à Analakely.  Un réaménagement budgétaire sur les subventions exceptionnelles destinées aux communes a été nécessaire, soutient Hajo Andrianainarivelo. En 2009, 4,850 milliards d’ariary ont ainsi été donnés à la Commune urbaine d’Antananarivo pour payer les factures de l’entreprise de construction. En 2010, 2 milliards d’ariary  ont été rajoutés pour effacer le restant de la dette de la Commune envers cette même entreprise. La construction du parvis, la clôture et le lustre ont été payées par le Président Rajoelina.  « Voilà l’histoire réelle. C’est ce qui s’est passé. S’il y a d’autres affirmations, ce sont des mensonges », lance le leader du parti Malagasy miara-miainga. Et ce, avant d’enchaîner avec : « Ce n’est pas dans mes habitudes de m’exprimer sur des choses comme cela. Toutefois, j’estime qu’il n’est pas digne, de la part de quelqu’un qui pense diriger le pays, de proférer des mensonges et de tromper la population comme l’a fait Marc Ravalomanana ». 
Pour prouver sa bonne foi, Hajo Andrianainarivelo indique que les pièces justificatives de ces affirmations peuvent être visibles auprès du Trésor public ou du ministère des Finances et du Budget. Pour cet ex-ministre, le mensonge de Ravalomanana pourrait s’agir uniquement d’une forme de jalousie.
L.R

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff