Publié dans Politique

Camp du candidat n°25 Les mensonges et dénigrement mis à nu par la France

Publié le vendredi, 14 décembre 2018

Une gifle cinglante pour le camp de Marc Ravalomanana. Alors que les partisans du candidat n°25 font des mensonges et du dénigrement leurs mots d’ordres en cette campagne électorale du 2nd tour, les démentis officiels de toute part ne cessent d’affluer. Visiblement à cours d’arguments pour dire du bien de leur propre candidat, les pros – Ravalo préfèrent s’attaquer à Andry Rajoelina, le grand favori de cette élection présidentielle.
Ces derniers jours, les médias (journaux, radios et télévisions) qui soutient le candidat du « Tiko i Madagasikara » ont véhiculé des informations concernant une hypothétique convocation d’Andry Rajoelina au Parquet financier de Paris. Face à ce flagrant délit de mensonge, la réaction de la France n’a pas tardé.
Ainsi, dans un communiqué publié hier, l’Ambassade de France met à nu les mensonges de l’équipe de Ravalomanana. « Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la Présidentielle une convocation du Parquet de Paris », peut – on lire clairement dans ledit communiqué. Et de poursuivre que, « à notre connaissance aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française ». Sur cette lancée, l’Ambassade de France comme au même titre que les autres grands partenaires de Madagascar invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées.


Imagination débordante
Il faut dire que le camp adversaire du candidat n°13 ne manque pas d’imagination en termes de mensonges. Un exercice dans lequel excelle d’ailleurs leur principal leader et candidat Marc Ravalomanana. Ce dernier qui a voulu encore duper le peuple malagasy lors du premier débat entre les deux candidats, dimanche dernier sur la chaîne nationale en affirmant qu’il aurait versé des milliards  pour appuyer les travaux de construction de l’hôtel de ville ou encore qu’il n’y avait pas de délestage durant son régime. Comme nous l’avons souligné dans l’une de nos éditions de cette semaine, les actuels compagnons de lutte et nouveaux alliés du candidat du TIM ne sont pas en reste dans l’art de mentir puisque « ceux qui se ressemblent, s’assemblent ». Citons le cas de l’ancien ministre de la Communication, connu sous son nom de plume Rolly Mercia qui, dans des prétendues révélations (Ampamoaka), a affirmé que les bois de rose découverts à la suite de la chute du régime Ravalomanana auraient été exportés par l’ancien Président de la Transition. Une pure invention que nous avons déjà eu l’occasion de démentir avec preuves à l’appui. En tout cas, ce démenti de la France, devraient ouvrir les yeux des citoyens concernant l’absence de toute crédibilité dans l’opération de pseudo – communication de l’équipe de Marc Ravalomanana qui ne fait que s’adonner à une campagne de dénigrement. Une stratégie qui montre au grand jour la faiblesse de leur camp !
La Rédaction

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff