Publié dans Politique

Mamy Rajaobelina - “LES CITOYENS MERITENT DE CONNAITRE LA VERITE”

Publié le vendredi, 14 décembre 2018

 Mamy Rajaobelina, Architecte Urbaniste, et son equipe, ont ete choisis en 2008 par la Commune urbaine d’Antananarivo pour conduire les operations techniques du grand projet de conception et de  realisation du nouvel Hotel de ville de la Capitale. En tant que Maitre d’oeuvre, il etait egalement en charge de la coordination administrative et financiere des etudes et des travaux en relation avec les services competents de la Commune urbaine d’Antananarivo sous l’autorite du nouveau Maire Andry Rajoelina, fraichement elu.

D’emblee, en debut de discussion, l’architecte indique que les citoyens meritent de connaitre la verite : “ le Maitre d’oeuvre controle, verifie et valide le cas echeant toutes les depenses liees aux operations de realisation du projet de l’Hotel de ville  sur la base des contrats et des decomptes presentes par tous les prestataires. Par la meme, il voit ainsi avec les services financiers de la Commune l’existence et l’origine des fonds et les rubriques impliquees sur le budget communal.” Il confirme par consequent qu’il n’avait vu “aucune trace de financement par des fonds en provenance des services de la Presidence ni du President Marc Ravalomanana personnellement”.


En revanche, ayant ete en coordination, a partir de l’exercice budgetaire 2009, avec le Ministere de l’Amenagement du Territoire, l’architecte a pu etablir une relation fonctionnelle efficace permettant la facilitation du virement des fonds emanant du Ministere a titre de subvention pour le financement des operations.

Ainsi donc, une autre voix technique et objective, confirme clairement que la Commune urbaine d’Antananarivo avait bel et bien realise l’Hotel de ville de Juin 2008 a Novembre 2010 sur ses propres fonds et avec les seuls appuis du Ministere de l’amenagement du territoire, du couple presidentiel Andry Rajoelina a titre prive et de quelques operateurs economiques de la place.


Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff