Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Marc Ravalomanana - Le Roi de la mauvaise foi !

Publié le mardi, 25 décembre 2018

Malgré un « oui » solennel lors du débat organisé par la CENI sur la chaîne nationale en réponse à la question d’accepter les résultats électoraux, Marc Ravalomanana vient déjà de changer de langage. En effet, le candidat n°25 enchaîne les déclarations pour inciter ses partisans à contester les résultats du 2nd tour d’élection Présidentielle tenu le 19 décembre dernier. « J’aurais accepté les résultats si le scrutin s’était déroulé en toute transparence mais en ce moment, ce n’est pas du tout le cas ». Selon lui, le scrutin serait truffé de fraudes. Des irrégularités que son équipe n’a pourtant pas pu prouver. Celle – ci est rentrée bredouille après avoir procédé à la confrontation des procès verbaux. Hier encore, le locataire de Faravohitra est revenu à la charge tout en annonçant qu’il allait engager une série de contestations. Une démarche qui traduit une mauvaise foi manifeste. Rappelons que lors du 1er tour, Ravalomanana et ses lieutenants ont retiré les 208 requêtes déposées auprès de la Haute Cour Constitutionnelle. S’ils avaient réellement des preuves et si les plaintes étaient pertinentes, beaucoup s’interroge pourquoi avoir retiré les plaintes.


Mauvaise habitude
Petit rappel historique, Marc Ravalomanana s’était auto – proclamé Président de la République lors de l’élection de 2002. Avec la fameuse formule « 1er tour de vita », il a fait abstraction sur les critiques de fraudes électorales à cette époque. Du coup, il s’est déclaré vainqueur dès le 1er tour. Ce fut également le cas lorsqu’il a brigué son second mandat en 2007 où des soupçons de fraudes se sont fait entendre de la part de ses adversaires. Marc Ravalomanana a repris le pouvoir sans la moindre hésitation. Quand il est donc en position de force, « Dada » fait fi des irrégularités. Mais à présent, il évoque des fraudes lorsqu’il est en en position de faiblesse et sent venir la défaite. Une situation qui révèle sans aucun doute le caractère machiavélique du personnage qui voudrait encore reproduire ses mauvaises habitudes du passé. Les résultats de la Commission Electorale Nationale Indépendante sont pourtant claires, le candidat n°13 est sorti vainqueur de ce combat par la voie des urnes tandis que le n° 25 a perdu.  Il ne reste plus qu’à attendre la proclamation officielle des résultats polissoires de la CENI cette semaine avant les résultats définitifs de la HCC d’ici un peu plus d’une semaine.
  

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff