Publié dans Politique

Requêtes électorales - Les bobards du K25 mis à nu

Publié le mardi, 01 janvier 2019

Espérons que l’année 2019 apportera un changement notoire à la pratique politicienne à Madagascar. En effet, celle pratiquée par Marc Ravalomanana et le K25 dépasse l’entendement. Ils gavent leurs partisans de mensonges dans le but de maintenir la flamme de la révolte d’une cause perdue, celle d’avoir été battue à plate couture au second tour des élections présidentielles 2018 par le candidat Andry Rajoelina. Une victoire écrasante de ce dernier qui n’est pas du tout au goût de Dada et ses sbires, notamment les derniers venus dans le navire en perdition.

 

Afin d’argumenter leur soi-disant refus des résultats provisoires de la CENI et de mettre la pression sur leurs fanatiques, les dirigeants du K25 osent divulguer des fausses informations. Sur la place du 13 mai samedi devant une assistance clairsemée, selon les témoins,  les leaders de la contestation auraient annoncé qu’ils déposeront des milliers de requêtes auprès de la Haute Cour constitutionnelle. Mais d’après les informations, l’équipe de Ravalomanana n’a déposé dans cette journée que 90  requêtes, soit un écart considérable entre les dires et les actions. La HCC qui aura les derniers mots concernant les litiges électoraux a prolongé jusqu’au 31 décembre 2018 à 16 heures le dépôt des requêtes. Et à l’heure de la clôture, elle n’aurait reçu que 305 réclamations à juger émanant du candidat N°25. Un double langage qui certainement sera ressenti comme une douche froide pour les partisans de Ravalomanana, une fois de plus menés en bateau par leur gourou.

Ce n’est pas la première fois que l’équipe de Ravalomanana use les mensonges dans cette période post- électorale. Elle a affirmé que la CENI lui ferme ses portes alors qu’elle détenait des preuves sur des irrégularités  et demande la confrontation des procès- verbaux. Le jour venu pour ladite confrontation, le K25 a débarqué à Alarobia avec seulement 55 PV à confronter. L’issue de la séance a ridiculisé la partie demanderesse qui finalement s’est contentée de la confrontation de 6 PV et sur lesquels, les deux parties n’ont pas trouvé d’anomalies. Mais comme le ridicule ne tue pas, dit-on, le K25 inonde certains journaux de Madagascar  de communiqués payants étalant leurs « preuves » d’une élection biaisée par des fraudes massives. A lire ces communiqués, force est d’admettre que le contenu se base sur des on- dit, à l’exception peut-être du cas d’un bureau de vote à Analamahitsy, jugé pourtant par la CENI d’erreur matérielle, plutôt que de fraude.

Les hommes de loi qui entourent le candidat 25 savent pertinemment pourtant que la HCC ne juge qu’à partir des preuves solides puisées sur les documents entre ses mains et non par des bobards entendus par-ci, par- là.

La rédaction

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff