Publié dans Politique

Election présidentielle Madagascar - Le peuple a tranché pour Rajoelina

Publié le samedi, 05 janvier 2019

Les leaders du collectif soutenant le candidat finaliste de l’élection présidentielle à Madagascar Marc Ravalomanana en appellent tous au « peuple ». Les Fidèle Razara Pierre et consorts invoquent le « peuple » à chacune de leurs interventions pour motiver notamment les descentes sur le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely.

Les K25 se proposent en tant que défenseur du choix du peuple. Mais lequel, d'où, comment ? Dans une démocratie comme à Madagascar, nul ne peut se prévaloir de parler au nom du peuple que par le biais d’une élection. Or, le peuple, au vu des résultats officiels provisoires publiés par la Commission Electorale nationale indépendante (CENI), a tranché en faveur d’Andry Rajoelina. En attendant les résultats définitifs de la Haute Cour constitutionnelle, prévus être annoncés dans quatre jours, le candidat du TGV arrive en effet largement vainqueur devant Marc Ravalomanana. 2,5 millions de malgaches ont décidé de faire confiance en Andry Rajoelina lors du second tour de la présidentielle de décembre dernier. Marc Ravalomanana arrive loin derrière avec  500.000 voix de moins que le candidat du TGV.

D’aucuns pourraient arguer que Andry Rajoelina serait un président mal élu, malgré ses 55,66%. Certains de ses détracteurs pourraient mettre en avant le niveau élevé de l'abstention : Plus de la moitié des électeurs inscrits sur les listes électorales ne sont pas allés voter. D’autres pourraient également souligner aussi le bon score des votes blancs ou nuls. Mais affirmer qu’Andry Rajoelina est mal élu est tout simplement faux. Il faut savoir en effet que le promoteur de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), lors du second tour, a obtenu exactement 2.587.035 voix.

Andry Rajoelina est le candidat ayant recueilli le plus de voix à une élection présidentielle depuis 2001. Lors du scrutin du 16 décembre 2001,  Ravalomanana avait obtenu un peu moins de 1,9 million de voix contre 1,6 million pour Didier Ratsiraka, selon les premiers résultats de la Haute Cour constitutionnelle  à l’époque. Marc Ravalomanana, lors de sa victoire au premier tour en 2006, avait obtenu 2.435.199 voix. En 2013, lors de la dernière élection présidentielle, Hery Rajaonarimampianina avait obtenu 2.060.124 voix.

Du point de vue nombre de voix, l’élection de Rajoelina ne souffre donc d’aucune contestation. Il a obtenu un score jamais égalé par ceux qui sont sur le point d’être ses prédécesseurs. Andry  Nirina Rajoelina ne souffre d’aucun manque de légitimité. 2,5 millions de voix qu’Andry Rajoelina a par ailleurs obtenus sur le plan national. Il est largement devant son concurrent dans les chefs -lieux de Province et dans la Capitale, il est au coude-à- coude avec celui qu’il a succédé à la mairie d’Antananarivo. Elu, provisoirement, il est donc celui qui peut prétendre parler au nom du peuple puisqu’il en est une des représentations.

L.R.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff