Publié dans Politique

KMF CNOE – Justice et paix – Liberty 32 - Constat d’une amélioration de la transparence lors du 2nd tour

Publié le samedi, 05 janvier 2019

Positif. Tel résume le bilan du 2nd tour de l’élection présidentielle du 19 janvier livré dans une déclaration conjointe du KMF – CNOE, la Commission épiscopale (Justice et Paix),  Liberty 32 hier. Ces trois entités de la société civile ont déployé 2801 observateurs dans plus de 3600 bureaux de vote répartis dans 114 districts. Dans cette déclaration, ces entités font part d’une amélioration de la transparence du 2nd tour. Elle constate aussi les efforts déployés par la CENI  pour assurer le bon déroulement du processus électoral avant, pendant et après le scrutin. A cela s’ajoute un « progrès dans l’activité d’observation grâce aux expériences tirées du 1er tour de la Présidentielle ». La présence des délégués des candidats dans les bureaux de vote constituent, pour eux, un gage de transparence.

Malgré tout, ces organisations de la société civile ne manquent pas de souligner quelques points à améliorer.  En premier lieu, la nécessité d’améliorer la communication de la CENI pour un message clair et simple à l’endroit des citoyens. L’application des textes concernant l’utilisation de la carte d’identité nationale et la carte d’électeur pendant le vote n’a pas été respecté et a été source de confusion. Certains membres de bureaux de vote n’ont pas maîtrisé les méthodes pour assurer le bon déroulement du scrutin comme le remplissage des procès verbaux, etc. Ces trois entités insistent, par ailleurs, sur le renforcement de la sécurité, surtout pendant le processus électoral. En guise de solutions pour améliorer les scrutins à venir, Le CNOE, la Justice et Paix et Liberty 32 en appellent, entre autres, à un respect strict de la loi ainsi qu’a l’application d’une éducation politique au sein des partis et de leurs partisans, ainsi qu’une éducation citoyenne sur la culture de la paix et la non-violence.

La Rédaction

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff