Publié dans Politique

Cérémonie d’investiture laïque à Mahamasina - Le président de la HCC persiste et signe

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Respect de la Constitution et rien d’autre. Le président de la Haute Cour constitutionnelle, Jean Eric Rakotoarisoa persiste et signe quant à la tenue d’une cérémonie laïque et républicaine pour la prestation de serment du nouveau Président de la République, Andry Rajoelina, ce samedi à Mahamasina. Face à la polémique qui continue d’enfler sur le sujet, notamment sur le fait qu’il n’y aura pas de culte religieux ni de bible, le numéro un d’Ambohidahy s’est, de nouveau, exprimé sur le sujet en marge de la cérémonie de rentrée judiciaire hier à la Cour suprême Anosy. Et lui  d’expliquer que « il s’agit d’une audience solennelle comme tant d’autres. Lorsqu’il y a une prestation de serment de fonctionnaires, il n’y a jamais eu de culte ni de bible ».


En réponse aux  critiques des détracteurs  le qualifiant de « non  chrétien » voire de  « diable », le président de la HCC de souligner que  « Tout le monde a sa propre  religion. Je suis un chrétien mais je ne tiens pas à faire l’amalgame entre les affaires publiques et la question religieuse ».
Au passage, il rappelle l’article 2 de la Constitution qui dispose que « L’Etat affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions. La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’Etat et des ses institutions religieuses et de leurs représentants. L’Etat et les institutions religieuses s’interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs. Aucun chef d’institution ni membre de Gouvernement ne peuvent faire partie des instances dirigeantes d’une institution religieuse, sous peine d’être déchu par la Haute Cour constitutionnelle ou d’être démis d’office de son mandat ou de sa fonction ».
« Laïcité ne s’oppose pas à la religion »
Rappelons que la polémique est née à la suite de la déclaration du Patron d’Ambohidahy selon laquelle la cérémonie d’investiture du Président Andry Rajoelina sera une cérémonie républicaine et laïque, donc pas de culte ni de bible. « La laïcité ne s’oppose pas à la religion. Il s’agit juste de revenir au strict respect de la Constitution », poursuit encore Jean Eric Rakotoarisoa. Pour sa part, l’ancien ministre de la Justice, Imbiky Anaclet soutient qu’ « une cérémonie de prestation de serment constitue la base dans la prise de fonction publique qui doit refléter la laïcité ». Les partisans de l’ancien Président Marc Ravalomanana sont parmi ceux qui critiquent farouchement sur les réseaux sociaux la décision de ne pas utiliser la bible pendant la prestation de serment. Cet ex – locataire d’Iavoloha qui était critiqué pour sa velléité à confondre volontairement et sans modération les affaires d’Etat et la religion.  A preuve, la tenue d’un culte religieux à chaque évènement officiel ou encore, plus récemment, l’utilisation des évènements de l’église FJKM comme terrain politique comme ce fut pendant la précampagne. Des pratiques qui lui ont valu des critiques de la part même de certains croyants de l’église réformée.
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff