Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Investiture du 19 janvier - Qui succédera à Ralitera Etienne ?

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

A l’heure actuelle, Madagascar n’a pas un Grand chancelier après le décès d’Etienne Ralitera l’année dernière. C’est effectivement celui-ci qui remettait durant l’investiture au Président les décorations qui vont avec. Il s’agit entre autres de l’écharpe ainsi que le grand cordon.
 Le défunt Etienne Ralitera était rompu à ce genre d’exercice dans la mesure où il était toujours sollicité, de son grade évidemment, depuis Didier Ratsiraka et Zafy Albert. Ravalomanana Marc a choisi pour sa part Rakotoamboa Noel, décédé également l’année dernière et c’est seulement en 2009 qu’Etienne Ralitera, Grand –croix de 1ère classe, a repris le service et ce jusqu’à l’investiture de Hery Rajaonarimampianina en 2014. Cinq ans après, c’est le vide total à la tête de la Chancellerie malagasy étant donné qu’aucune nomination n’a été faite depuis par les dirigeants.

L’intérim est actuellement assuré par le Professeur Lala Rabarioelina, titulaire du Grand-croix de 2e classe de l’ordre national malagasy.  D’après les informations reçues, des 8 membres du Conseil de l’ordre, il ne reste plus que 4. Sauf changement de dernière minute, c’est ainsi au Professeur Lala Rabarioelina que revient l’honneur de décorer le 2e
Président élu de la 4e République à l’investiture de ce samedi.  C’est la Haute Cour constitutionnelle (HCC) qui a le dernier mot sur le déroulement de la cérémonie d’investiture d’Andry Rajoelina et l’identité et la qualité des personnalités qui en prendront part.
 La rédaction

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff