Publié dans Politique

Investiture du 19 janvier - Qui succédera à Ralitera Etienne ?

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

A l’heure actuelle, Madagascar n’a pas un Grand chancelier après le décès d’Etienne Ralitera l’année dernière. C’est effectivement celui-ci qui remettait durant l’investiture au Président les décorations qui vont avec. Il s’agit entre autres de l’écharpe ainsi que le grand cordon.
 Le défunt Etienne Ralitera était rompu à ce genre d’exercice dans la mesure où il était toujours sollicité, de son grade évidemment, depuis Didier Ratsiraka et Zafy Albert. Ravalomanana Marc a choisi pour sa part Rakotoamboa Noel, décédé également l’année dernière et c’est seulement en 2009 qu’Etienne Ralitera, Grand –croix de 1ère classe, a repris le service et ce jusqu’à l’investiture de Hery Rajaonarimampianina en 2014. Cinq ans après, c’est le vide total à la tête de la Chancellerie malagasy étant donné qu’aucune nomination n’a été faite depuis par les dirigeants.

L’intérim est actuellement assuré par le Professeur Lala Rabarioelina, titulaire du Grand-croix de 2e classe de l’ordre national malagasy.  D’après les informations reçues, des 8 membres du Conseil de l’ordre, il ne reste plus que 4. Sauf changement de dernière minute, c’est ainsi au Professeur Lala Rabarioelina que revient l’honneur de décorer le 2e
Président élu de la 4e République à l’investiture de ce samedi.  C’est la Haute Cour constitutionnelle (HCC) qui a le dernier mot sur le déroulement de la cérémonie d’investiture d’Andry Rajoelina et l’identité et la qualité des personnalités qui en prendront part.
 La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff