Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Assainissement au niveau de la Justice - Des magistrats sanctionnés

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Plusieurs magistrats ont été sanctionnés par le conseil de discipline de l’instance supérieure au sein de la magistrature, a-t-on appris hier de la Garde des sceaux et ministre de la Justice Noro Vololona Harimisa. L’information a été révélée hier en marge de la cérémonie d’ouverture officielle de l’année judiciaire dans la Grande-île. Le conseil de discipline a examiné les dossiers de 10 magistrats accusés de manquement à l’éthique et à la déontologie. D’après la ministre de la Justice, l’audition de deux d’entre eux a été reportée. 8 magistrats ont en revanche été jugés. A la fin de ses délibérations, le Conseil de discipline a mis hors de cause un magistrat. Les 7 autres ont été sanctionnés. La sanction ultime serait tombée pour un membre de cet ordre judiciaire qui aurait été révoqué.


Trois greffiers et une vingtaine d’agents pénitentiaires sont également passés devant le Conseil de discipline. Les autres dossiers seront examinés lors d'une prochaine session dont la date n'a pas été précisée. Le cas de la magistrate Fanirisoa Ernaivo devrait être étudié au cours de cette nouvelle session. Nommée ministre de la Justice en juin 2018, Noro Vololona Harimisa a fait de la lutte contre la corruption la priorité de son mandat. En fin d’année dernière, la ministre de la Justice avait affirmé que tout manquement professionnel ne sera plus désormais toléré dans le sens du rétablissement de la confiance du citoyen envers le système judiciaire, parfois très mal vu en raison des affaires de corruption dont il est entaché, et du respect de l’Etat de droit. C’est pour cette raison notamment que, le concours d’entrée à l’Ecole nationale de la magistrature et de greffe, après avoir été annulé, a été reporté pour cette année. Un nouveau système informatique sera mis en place pour gérer le processus à la place de celui qui aurait été tripoté par beaucoup de personnes. Les irrégularités qui ont généré une profusion de polémiques n’auront plus la chance de se renouveler. Toujours dans le cadre de l’assainissement de la maison, la ministre avait annoncé que des agents pénitentiaires seront radiés s’ils sont trempés dans des cas de corruption avérés. Malgré le sous effectif des agents pénitentiaires, les délinquants seront mis sur la touche pour de bon.
L.R.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff