Publié dans Politique

Ny Rado Rafalimanana - Un vantard de première catégorie !

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Choquant, révulsant, bouleversant... Les qualificatifs ne manquent pas. A grand renforts de communication, Ny Rado Rafalimanana s’était engagé en décembre 2018 à apporter son aide à une jeune femme atteinte d’insuffisance rénale. Tout porte à croire aujourd’hui qu’il ne s’agissait que de vantardise de la part de ce sinistre individu.

L’histoire est rendue publique sur les réseaux sociaux au début du mois de décembre 2018. Le frère de Karenne Ramarojaona, une jeune femme souffrant d’insuffisance rénale chronique stade terminale, lance un appel à l’aide, exprimant le besoin d’un soutien économique. En effet depuis quelque temps, trois séances de dialyse par semaine, à hauteur de 300.000 ariary la séance, sont nécessaires pour filtrer le sang de Karenne dont les reins ne fonctionnent presque plus. Orphelins, la jeune femme et son frère sont obligés de se débrouiller d’eux-mêmes pour payer le traitement. Mais les charges deviennent insupportables.
L’aide de quelques proches a permis la réalisation des dernières séances de dialyse de la jeune femme. A terme, une greffe de rein ainsi qu’une évacuation sanitaire à l’extérieur pour l’opération chirurgicale sont inévitables pour sauver la jeune femme. Plusieurs dizaines de millions d’ariary sont nécessaires, d’où l’appel à l’aide lancé par son frère.


L’appel à l’aide parvient aux oreilles de Ny Rado Rafalimanana. Le candidat recalé par les électeurs lors du premier tour du scrutin présidentiel contacte le frère de la jeune femme malade et s’engage à apporter son aide notamment à envoyer la jeune femme en Inde pour y subir la transplantation. La mi-décembre 2018, il organise notamment une manifestation sportive au palais des Sports de Mahamasina, et s’engage à reverser l’intégralité des recettes dans une bourse dédiée à la prise en charge de l’évacuation en Inde et l’opération chirurgicale. En sus des recettes, l’homme s’était engagé à compléter les fonds pour permettre l’évacuation sanitaire. Pour beaucoup d’observateurs, il s’agissait d’une action humanitaire plus que louable de la part du président du « Fanahy no maha olona ».
Il n’en fut rien. Presque un mois plus tard, la situation de Karenne reste inchangée. La jeune femme est toujours en attente d’une évacuation sanitaire. En effet, l’aide promise par Ny Rado Rafalimanana est restée à l’état de promesse. Les proches de la victime d’insuffisance rénale se retrouvent dans l’expectative la plus profonde. Face à l’attitude du politicien, des langues se délient dans l’entourage de la jeune femme. Certains rappellent que, déjà très empruntée par sa maladie, Karenne avait fait le déplacement au palais des Sports de Mahamasina lors de l’évènement organisé par Ny Rado Rafalimanana pour y être « exposée ».
Des informations laissent entendre que, pour cette manifestation, le prétendant à Iavoloha avait demandé aux proches de la jeune femme d’avancer les frais de location de l’ambulance mais s’était alors engagé à rembourser les frais plus tard. Jusqu’ici, un mois plus tard,  le politicien n’a rien remboursé du tout. La question est de savoir s’il ne veut pas payer ou s’il n’en a juste pas les moyens ? En tout cas aux yeux du monde, Ny Rado Rafalimanana apparaît aujourd’hui comme un vantard de première catégorie...
D’après les dernières informations recueillies, Karenne aurait trouvé un donneur d’organe compatible. En effet, en l’absence de nouvelles du faux bienfaiteur Ny Rado Rafalimanana, les proches de la jeune femme ont continué leurs recherches pour trouver un donneur. Un appel à toutes les personnes de bonne volonté est toutefois lancé pour son évacuation et son opération à l’extérieur. Sans prise en charge rapide, sa santé risquerait de vite dégénérer. Elle doit s’envoler ce mois de janvier au plus tard.
Ce n’est en tout cas pas la première histoire dans laquelle le nom de Ny Rado Rafalimanana est associé. Pour ne citer que l’affaire des 150 tracteurs censés avoir été importés par son groupe Axius, acquis à travers un crédit à rembourser par l’Etat malgache, ou encore l’histoire des chèques sans provisions émis par cet individu pour payer ses loyers auprès d’un grand opérateur du pays.
Recalé par les électeurs lors du premier tour de la présidentielle, cet homme compterait en tout cas se lancer dans la course à la mairie d’Antananarivo. Sont-ce là les qualités d’un maire ? Sur les réseaux sociaux, pince sans rire,
Ny Rado Rafalimanana affirme ne pas vouloir d’un poste ministériel. L’on se demande qui pourrait offrir un fauteuil de ministre à un individu qui semble n’éprouver aucun remord à jouer avec la vie d’autrui pour ses intérêts personnels…
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff