Publié dans Politique

PM d'Andry Rajoelina - Les députés d'accord sur un nom

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Andry Rajoelina entrera en fonction officiellement ce samedi. L'investiture sera précédée demain par la cérémonie de passation entre le Président nouvellement élu et Hery Rajaonarimampianina, Président sortant, aura lieu demain au Palais d'Etat d'Iavoloha. Dans les heures qui suivront le Gouvernement Ntsay Christian déposera sa lettre de démission auprès du nouveau Président.  Et ce, conformément à la décision de la Haute Cour constitutionnelle en date du 25 mai 2018, qui stipule que « le Premier ministre, chef du Gouvernement (…) reste en fonction jusqu'à l'investiture du nouveau Président de la République ».

Andry Rajoelina devrait alors, soit, prendre un décret portant acceptation de la démission du gouvernement et le chargeant d'assurer l'expédition des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau Premier ministre et la formation du nouveau Gouvernement dont la mise en place ne saurait également tarder, soit nommer directement le nouveau PM après la démission de l'actuel détenteur du poste. Dans l'un comme dans l'autre cas de figure, la nomination du PM suivra l'article 54 de la Constitution qui dispose que « le Président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l'Assemblée nationale ».

Dernièrement, l'on a appris qu'une centaine de députés sur les 151 élus que compte l'Assemblée nationale ont joint leurs voix et ont apposé leurs signatures pour la nomination du nouveau Premier ministre, dont le nom reste toutefois gardé jalousement par les locataires du Palais de Tsimbazaza. La nomination du Premier ministre devrait ainsi se faire assez rapidement. Et non dans le chaos tel que c'était le cas sous le régime Rajaonarimampianina avec les tergiversations interminables autour de l'article 54 de la constitution relatif à la nomination du Premier ministre. Deux mois ont été nécessaires avant la nomination du Docteur Kolo Roger à la Primature, à cause de la volonté de l'entourage du Chef de l'Etat de l'époque d'écarter Andry Rajoelina. Son successeur à Mahazoarivo, le Général Jean Ravelonarivo, faisait partie de la liste d'une dizaine de candidats proposée mardi à Hery Rajaonarimampianina par le groupe de députés de la Plateforme pour la majorité présidentielle, ce qui est tout à fait contraire aux dispositions constitutionnelles. Pareil pour la nomination de Mahafaly Solonandrasana. Primo, le droit de nommer un PM revient au MAPAR et secundo, la loi fondamentale dispose que le Président de la République nomme le Premier ministre et non une liste de premiers-ministrables. L'an dernier, la HCC avait tout remis à sa place et donnant le privilège de nommer le PM au MAPAR.

L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff