Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Critiques contre Stéphanie Delmotte - Les détracteurs d’Andry Rajoelina se trompent de combat

Publié le mercredi, 23 janvier 2019

Est-ce un crime d’avoir un nom qui ne sonne pas malgache ? Depuis sa nomination, en tant que directeur de cabinet du Président de la République malgache, Stéphanie Delmotte est la cible d’attaques à la limite de la xénophobie. Les attaques sont surtout vues sur les réseaux sociaux. Qu’elles soient relatives à son orientation politique, ses propositions concrètes et sa capacité à aider le Chef de l’Etat, soit. Mais qu’elles aient pour seul ressort le racisme et la xénophobie est indigne. Au fond, on reproche à Stéphanie Delmotte de porter un nom pas malgache et d’avoir un teint plus clair. Est-ce un crime ? A cause de son nom et de sa couleur de peau, Stéphanie Delmotte, dont la nomination au poste de Directeur de cabinet du Chef de l’Etat a été annoncée en début de semaine, est vue par certains comme un maillon de l’éternelle Françafrique. Faut-il pourtant rappeler que cette dame est une Malgache à part entière, issue d’une famille malgache tout ce qu’il y a de plus ordinaire.Force est en tout cas de constater que par manque d’idées ou de véritables propositions pertinentes, une partie de l’opinion malgache brille par des réflexes de racisme malsain.


Après les attaques sur le véhicule qui a transporté le nouveau Président de la République Andry Rajoelina lors de son investiture samedi dernier, les attaques à l’encontre de la nouvelle Directrice de cabinet du Président de la République relèvent une fois de plus d’une faiblesse intellectuelle. Cela prouve, s’il le fallait encore, que certains semblent évoluer dans un terrible vide idéologique. Ces gens ne proposent aucun projet alternatif et s’en tiennent à de stériles invectives. Ils se complaisent dans un minimalisme renversant, ponctué par des salves de propos inacceptables sur l’identité des nouveaux dirigeants, la couleur de peau ou le nombre d’années passées  à l’étranger. Il est immoral de faire subir aux Malgaches ce niveau de débat. Si Stéphanie Delmotte fait aujourd’hui partie du cercle proche du Chef de l’Etat, c’est grâce aux alliances qu’elle a nouées, aux idées qu’elle a lancées mais aussi grâce à ses compétences et son cursus. Malgré une multitude de candidats en lice, sa candidature est sortie du lot car jugée sérieuse et crédible. Les détracteurs du Chef de l’Etat semblent se tromper de combat. S’ils persistent dans cette voie de ne débattre que de l’identité des collaborateurs de l’homme fort d’Iavoloha, elle ne récoltera que défaite et déshonneur.
L.R.

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff