Publié dans Politique

Gendarmerie nationale - Haro sur la corruption et les abus

Publié le lundi, 11 février 2019

Aussitôt mise en place, aussitôt opérationnelle. La cellule de traitement et de suivi des doléances (CTSD) créée au sein de la gendarmerie à la suite de l’initiative prise la semaine passée par le nouveau secrétaire d’Etat, le général de division Richard Ravalomanana, est en activité. La structure reçoit via des numéros spéciaux et compte Facebook mis à la disposition du public, civils et gendarmes, des désidératas au sujet des agissements des gendarmes en exercice dans toute l’île. L’initiative est destinée à renforcer la lutte contre la corruption, les abus et toute autre forme d’infraction susceptible de nuire au fonctionnement et à l’image de cette institution militaire réputée être parmi les terroirs des pratiques répréhensibles et causant des douleurs sociales pour les habitants. L’anonymat et le secret total sont assurés pour les dénonciations et les signalements. Il faut seulement que les renseignements soient bien fondés.


La structure est un canal permettant aux citoyens de porter plainte contre les cas de corruption et d’abus perpétrés par les gendarmes, tous grades confondus. Les gendarmes eux-mêmes sont aussi encouragés à dénoncer les abus de leurs supérieurs, quel qu’en soit le niveau. Les plaignants seront tenus au courant de la suite à donner à leur doléance. Les enquêtes peuvent aboutir à des sanctions disciplinaires ou pénales ou les deux à la fois, selon la gravité du cas considéré. La gendarmerie figure toujours parmi les institutions publiques aux mauvaises notes au plan de l’indice de perception de la corruption. Les expressions familières « faire le gendarme » et « la peur du gendarme » tendent aussi à se renouveler sans cesse en raison des comportements des gendarmes, des gradés et des officiers. Les gens disent même dans beaucoup de régions qu’il vaudrait mieux avoir affaire à des dahalo qu’à des gendarmes. Sans pour autant les mettre tous dans un même panier.
Pour redresser la situation peu honorable et pour les gendarmes eux-mêmes et pour le pouvoir public, l’initiative du SEG est la bienvenue. Ses successeurs et bien d’autres grands responsables de la gendarmerie ont promis de faire de la lutte contre la corruption et du strict respect de la discipline une priorité. Mais le résultat est tel que des murmures sont toujours entendus. Espérons que ce soit bon cette fois-ci ! L’initiative sera une occasion pour redorer l’image de la gendarmerie dans la conscience collective à Madagascar. Elle sera aussi un moment pour renforcer la collaboration entre cette institution militaire et le public en général afin de lutter ensemble contre l’insécurité rampante dans toute l’étendue du territoire. L’initiative est vouée à réussir à tout prix. Il en va de la restauration de l’autorité de l’Etat. Le SEG sera aussi sûrement évalué sur l’efficacité de son approche au bout de six mois et dans un an.
M.R.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff